THE RETURN BACK HOME / LE RETOUR A LA MAISON

Our time in paradise was coming to an end; as much as we didn’t want to, it was time to start our return back home and still needed to drop Mathew off at an airport along the way.  There was no time to hang around anymore.  The clock was ticking.

After 3 days in the Exuma Land and Sea Park, exploring and discovering the reefs around us, we left early on the morning of May 18th (my birthday) direction Rock Sound Eleuthera.  A 16-22 knots wind was blowing in our favor propelling us through the water sometimes at 8 knots.  However, the sea was agitated and Mathew and I were not feeling our best.  We were being thrown around a bit but Gary still tried to troll for a decent size fish.  He hooked a barracuda and after slowing the boat to unhook the fish, I put my foot down and said no more!  The boat was swinging all ways with the waves when stopped and I had enough: “Let’s hurry up and get to the anchorage already, it is really uncomfortable for fishing today, put the lines away!”

As soon as we arrived and anchored in Rock Sound, I was anxious to get off the boat and on land.  We jumped in the dinghy to go ashore and purchase some much-needed groceries. It happened to be my birthday but we were too tired to do anything.  It was a soup and sandwich dinner that night but we made plans with the Nova Jornada as soon as they arrived, to go to dinner the next night and celebrate.  We wanted to show the area to Mathew so we spent the day exploring and made some water with the water maker, and later dressed up and motored over to Frigate’s restaurant t.  And what a nice dinner it was!  Chef Charles was super nice and came to find out if dinner was to our liking.  Dinner is a bit pricey there but included the appetizer and dessert and it was so delicious, we felt it was well worth it.  Frigate’s Restaurant is located right on the bay with a beautiful view of the water and the boats at anchor.  A makeshift beach with lounge chairs, volleyball court and a sand bag game were set-up next to the outside tiki bar for customers.  Being the end of the boating season, there were just a handful of boats in the bay and very few patrons in the restaurant.  But it was a lovely evening and we had a great time celebrating both mine and Mathew’s birthday which incidentally was on this day.

Early the next morning, using just the sails and without the motor, we pulled the anchor and sailed north.  We had decided to go to Pineapple Cays, a string of small islands/rocks south of Governor’s Harbour.  It was a nice sail but once again we had to avoid the crab pot field and the danger of snagging one of the pots into the propeller but we managed and anchored the boat in between scattered coral heads.  Mathew and Gary took advantage of the location and went snorkeling among the coral.  We had a full moon that night and had a very restful evening with a cool breeze.

The next morning, I convinced Mathew to let me give him a haircut and we motored over to the nearby beach while Gary went paddle boarding. There were a few private homes along the beach and we saw a young family (parents and their little girl) enjoying the day.   It’s the perfect place to have a relaxing vacation.

Soon it was time to leave and we left for Alabaster Bay which was just 10 miles north.  This time though, we changed crew.  Mathew went on over to the Nova Jornada and Jussara came over to ours as she wanted to see how we sailed.  We had her do everything that we normally do from raising the dinghy aboard along with its small engine, to raising the sails and manning the helm (steering wheel).  It was a gorgeous day with just enough wind to sail but not too much and I think she thoroughly enjoyed herself.  Once at Alabaster, while Gary went over to the Nova Jornada to help Kirt fix his broken dinghy lift, we put the dinghy back in the water and Mathew, Jussara and I went over to shore.  This was Jussara’s first time at Alabaster Bay and we enjoyed a leisurely time at the beach and a beautiful sunset.  Mathew and Gary later went around the point to snorkel the abandoned Shell Oil depot and the cave.

Unfortunately, we did not stay long at Alabaster as we wanted to provision the boats and do some laundry so we sailed back to Governor’s Harbour.  I have been wanting to perfect myself in knowing how to sail the boat by myself so this time we reversed our roles and I manned all the sails by myself including raising and lowering the anchor.  The wind had picked up a bit and we were able to sail at 6 knots so we did the trip fairly quickly.  I am feeling more and more confident every time I sail.  I am looking forward to the day I will be able to take the boat by myself or with some friends.

We were expecting 30 knots of winds in the next couple of days so we wanted the protection of Governor’s Harbour.  It was time to do laundry, reprovision, get some money at the bank, and of course top up our rum as supply was running low!

Kirt and Gary went diving the north cliff area and although they saw a few small groupers and Spanish mackerels, they were able to spear a nice size pork fish (which is a type of snapper).  The wind had picked up and they had a hard time coming back with the dinghy against the waves.  Mathew and his dad wanted to go snorkeling south of the bay and I tagged along although it was windy and I was not up to snorkeling that day so I maneuvered the boat while the guys were enjoying themselves in the water.  They did see fish and lobsters but Mathew grabbed himself a giant Caribbean Spider Crab that we cooked for dinner.  I can say that Mathew loves eating crab and sat there with his dad for what I think was 2 hours, enjoying every little morsel of that crab!  He was so happy!

Mathew’s time in the Bahamas was coming to an end so we decided to attend the Fish Fry in town and all of us had a great time exploring this charming old town, eating, drinking, and dancing in the evening.  We returned to our boats satisfied and tired while the party on shore went on late into the night.  The next day we sailed back to Alabaster Bay since the airport was right there.   It was really very simple: take the dinghy to the beach with his carry-on bag, walk a quarter mile through the woods to Queen’s Highway and walk to the airport where the plane would take him back to Fort Lauderdale.  There are three airports in Eleuthera so it’s easy to come and go from any of them.  Word of advice, if not sure how long you will stay in one location, purchase a Refundable ticket; because we changed the return airport so had to purchase a one-way flight for his return at full ticket price. $$. 

As soon as we dropped off Mathew, we sailed over to Glass Window and Queen’s Bath and enjoyed the afternoon exploring the area with Kirt and Jussara.  Jussara had been in Brazil for a month while we sailed south and had missed this whole area so she was nicely surprised of the beauty of the place.

The next few days, we continued moving north all the way back to Lynyard Cay in the Abacos and up to Man-O-War Cay where we finally stopped for a couple of days.  Man-O-War Cay is another one of those islands founded by the loyalists and families have been there for a couple centuries.  It is also an island of fishermen and simple people, genuinely kind and generous.  We enjoyed walking through the small town with its tiny streets barely large enough for golf carts.  There are very few cars on the island.  This is also the birthplace of Albury Brothers Boats.  The Albury family has been building boats in Man-O-War Cay for many generations.  Boats are built one at a time and they are renowned for their quality craftmanship.  In 2003 they partnered to produce Albury Brothers Boats in the U.S. and make their boats in Riviera Beach, right in my backyard!  It was fun also to visit the Canvas Shop.  These ladies have been making bags for generations and they will make you a bag of your style and fabric choice while you wait.  I wish I had more time to learn from them!

Laundry day and the largest Sapodilla Tree I have ever seen!!!

After a couple of days enjoying this little island, we moved on again getting closer to top of the Abacos.  We spent a night at Powell Cay and went snorkeling the East side of the island where Gary speared a nice Snapper and grabbed a conch that turned into a delicious dinner.  The wind had clocked around to the south west and was making anchoring at Powell Cay uncomfortable.  We moved over to Allan’s Pensacola Cay for just one night to get us ready to move West toward Florida.  There is a signing tree on Allan’s Pensacola; that’s a tree that people hang their boat name signs on; so, while Gary stayed on the beach, cleaning a conch he had caught, with my made-up Maracudja sign under my arm and fighting the swarm of mosquitoes and no-see-ums, Kirt and I walked, and walked, and walked but we never found the signing tree.  After a half hour walk and minus a quart of blood, we returned to the beach and hung the sign near a make-shift hut left there by previous cruisers.  Not sure why, cruisers like to leave a sign where they have been, mostly at remote places, and now I’m one of them! Oh well!

It was a hot night and even though we took pains to anchor as far away from the island as we could, the no-see-ums were fierce! We turned on the A/C and closed all openings to keep them outside.  Early in the morning, we started our way back east toward Great Sale Cay but due to a line of thunder storms on arrival we agreed to continue on to Mangrove Cay.  There was no wind and we had to motor most of the way, but we found ourselves in the middle of pretty fierce rain squalls that thankfully moved through quickly.  Summer was upon us! 

Mangrove Cay is such a remote place; there are no mainland to see so therefore no town.  We anchored East of the island amongst four other boats including Nova Jornada.  The sea was slick and it was a pleasure to paddleboard and swim for a while.  Gary went snorkeling one last time and dove in a spot where he saw a few lobsters. He came back up with a lacerated thumb! The man was cut by what we deduced later to be a moray eel, how lucky he was not to have lost a finger on our last day in the Bahamas! 

The next day, it was really hot with a five-knot east wind so we motor-sailed all the way back to Florida and finally arrived in St. Lucie Inlet around 6:00 pm after 13 hours.  After being surrounded by clear, turquoise water for three months with our friends on Nova Jornada, it was such a letdown to be surrounded by brown soupy water.  The consolation is that we hope to return to the Caribbean in just a few months.

Very little wind means we have to motor – and don’t even talk about the suppressing heat!

Notre temps au paradis touchait à sa fin ; Même si nous ne le voulions pas, il était temps de commencer notre retour à la maison et avions besoin de déposer Mathew dans un aéroport en cours de route.  Nous n’avions plus le temps de flâner.  Le temps pressait pour rentrer.

Après 3 jours passés dans le beau parc Exuma Land and Sea à explorer et à découvrir les récifs qui nous entourent, nous sommes partis tôt le matin du 18 mai (jour de mon anniversaire) en direction de Rock Sound Eleuthera. Un vent de 16-22 nœuds soufflait en notre faveur, nous propulsant dans l’eau parfois à 8 nœuds. Cependant, la mer était agitée et Mathew et moi n/étions pas du mieux. On se faisait balloter un peu par les vagues, mais Gary essayait toujours de pêcher et prendre un poisson de taille convenable. Il a accroché un barracuda et après avoir ralenti le bateau pour décrocher le poisson, j’ai mis mon pied à terre et j’ai dit “fini ! ” Avec le bateau arrêté, on tournait dans tous les sens avec les vagues et j’en avait assez : “On arrete de pécher et on se dépêche pour arriver, c’est vraiment trop inconfortable de pêcher aujourd’hui, range les lignes !”

Dès que nous sommes arrivés et ancrés à Rock Sound, j’avais hâte de descendre du bateau. Nous avons sauté dans l’annexe pour aller faire des courses et se dégourdir les jambes un peu. C’était mon anniversaire, mais nous étions trop fatigués pour faire quoi que ce soit. C’était soupe et sandwich ce soir-là, mais nous avons planifié avec la Nova Jornada, d’aller dîner le lendemain soir et de célébrer mon anniversaire et celui de Mathew qui est le 19 mai. Nous voulions montrer la région à Mathew; nous avons donc passé la journée à explorer et à préparer de l’eau avec le desalineur, puis à nous habiller et à nous rendre au restaurant Frigate . Et quel bon dîner c’était ! Chef Charles était super gentil et est venu pour savoir si le dîner était à notre goût. Le dîner est un peu dispendieux, mais comprenait l’apéritif et le dessert et c’était tellement délicieux, nous pensons que cela en valait la peine. Le restaurant Frigate est situé directement sur la baie avec une vue magnifique de la mer et des bateaux l’ancré.  Il y a une jolie petite plage avec des chaises longues installés pour les clients, un terrain de volley-ball et un jeu de sacs de sable à côté du bar tiki extérieur.  Le mieux, est qu’il y a un quai pour les annexes, donc facile à débarquer. Comme c’était la fin de la saison pour les bateaux de plaisance, il n’y avait qu’une poignée de bateaux dans la baie et très peu de clients au restaurant. Mais c’était une belle soirée et nous avons passé un super bon moment.

Tôt le lendemain matin, utilisant seulement les voiles et sans le moteur, nous avons tiré l’ancre et avons navigué vers le nord. Nous avions décidé de nous rendre à Pineapple Cays, une chaîne de petites îles / rochers située au sud de Governor’s Harbour. C’était une belle journée pour la voile, mais une fois de plus, nous avons dû éviter le champ de crabes et le danger de coincer l’un des pots dans l’hélice, mais nous avons réussi à ancrer le bateau entre des têtes de corail dispersées ici et là. Mathew et Gary ont profité de l’emplacement pour allés faire de l’apnée parmi les coraux. Nous avons eu la pleine lune ce soir-là et avons passé une soirée très reposante avec une brise fraîche.

Le lendemain matin, j’ai convaincu Mathew de me laisser lui couper les cheveux et nous nous sommes dirigés vers la plage la plus proche pendant que Gary partait avec le paddleboard. Il y avait quelques maisons privées le long de la plage et nous avons vu une jeune famille (les parents et leur petite fille) profiter de cette belle journée.  C’est un bel endroit pour passer de belles vacances bien tranquilles.

Bientôt, il était temps de repartir direction Alabaster Bay, située à seulement 10 miles au nord. Cette fois cependant, nous avons changé d’équipage :  Mathew s’est rendu sur le Nova Jornada et Jussara est venue sur le Maracudja ; elle voulait apprendre comment nous naviguons le voilier. Nous lui avons fait faire tout ce que nous faisions normalement : comment monter l’annexe à bord ainsi que son petit moteur, lever les voiles et tenir la barre (volant). C’était une journée magnifique avec juste assez de vent pour naviguer mais pas trop et je pense qu’elle s’est bien amusée. Une fois à Alabaster, alors que Gary se rendait à la Nova Jornada pour aider Kirt à réparer son ascenseur cassé, nous avons remis le dériveur à l’eau et Mathew, Jussara et moi sommes allés à la côte. C’était la première fois que Jussara passait à Alabaster Bay et nous avons passés une belle journée a la plage et admirer un superbe coucher de soleil. Mathew et Gary ont ensuite contourné la pointe pour plonger en apnée dans le dépôt Shell Oil abandonné.

Malheureusement, nous ne sommes pas restés longtemps à Alabaster, car nous voulions approvisionner les bateaux et faire un peu de lessive, nous sommes donc rentrés a Governor’s Harbour. Je voulais me perfectionner en sachant naviguer le bateau toute seule. Cette fois, nous avons inversé nos rôles et j’ai levés les voiles moi-même, y compris lever et baisser l’ancre. Nous avions un bon vent et avons pu naviguer à 6 nœuds, donc le trajet s’est fait assez rapidement. Je me sens de plus en plus confiante chaque fois que je navigue. J’attends avec impatience le jour où je pourrai prendre le bateau seule ou avec des amies.

Nous nous attendions à 30 nœuds de vent dans les prochains jours, nous voulions donc la protection du port de Governor’s Harbour. Il était temps de faire la lessive, de se réapprovisionner, d’aller prendre de l’argent à la banque et, bien sûr, de d’acheter du rhum car le stock était bien épuisé. 

Kirt et Gary sont partis faire de l’apnée dans la région de la falaise nord et, bien qu’ils aient vu quelques petits mérous et des maquereaux espagnols, ils ont été en mesure de prendre un poisson de grande taille (qui est une sorte de vivaneau). Le vent s’était levé et ils ont eu du mal à revenir contre les vagues et courant avec l’annexe. Plus tard Mathew et son papa voulaient faire de l’apnée au sud de la baie et je suis allé avec eux mais je me sentais fatigué ce jour-là alors j’ai conduit l’annexe pendant que les gars s’amusaient dans l’eau. Ils ont bien vu des poissons et des petites langoustes, mais Mathew avait pour mission d’attraper un géant crabe-araignée des Caraïbes ce qu’il a réussi et que nous avons cuisiné plus tard pour le dîner. C’est un de ses mets préférés alors quoique ça lui a pris au moins deux heures pour tout manger, il a apprécié chaque petite bouchée de crabe. Il était si heureux !

Le séjour de Mathew aux Bahamas étant presque terminée, nous avons décidé d’aller au ‘Fish Fry’ en ville et nous nous sommes tous bien amusés à manger, boire et danser ce soir-là. Nous sommes retournés à nos bateaux fatigués pendant que la fête se poursuivit tard dans la nuit. Le lendemain matin, nous avons naviguer à Alabaster Bay pour une dernière nuit.  L’aéroport se trouvant juste à côté de la plage, c’était plus facile d’y aller avec l’annexe. Une fois sur le rivage, il n’y a qu’a le, parcourir 400 km dans les bois jusqu’à Queen’s Highway, et l’aéroport se trouve juste là.  Il y a trois aéroports à Eleuthera, donc il est donc facile d’aller et d’en sortir. Mais un petit conseil :  si vous ne savez pas combien de temps vous resterez au même endroit, achetez un billet sans unique ou aller-retour remboursable ; Parce que nous avions changé d’aéroport pour le retour, nous avons donc dû acheter un autre biller aller simple et c’est bien plus cher comme ça !

Aussitôt que nous avons déposé Mathew, nous sommes partis vers Glass Window et Queen’s Bath et avons apprécié l’après-midi à explorer la région avec Kirt et Jussara. Jussara était au Brésil pendant un mois alors que nous naviguions vers le sud et elle avait raté toute cette région, donc elle a donc été agréablement surprise de la beauté de l’endroit.

Pendant les jours suivants, nous avons continué notre chemin vers le nord jusqu’à Lynyard Cay dans les Abacos et après une courte nuit de repos, nous avons fait escale pendant quelques jours à Man-O-War Cay. Man-O-War Cay est une autre de ces îles fondées par les loyalistes et les familles y sont installées depuis plusieurs siècles. C’est une île de pêcheurs et de gens simples, très gentils et vraiment généreux. J’ai adoré me promener dans la petite ville avec ses rues à peine assez large pour des voiturettes de golf. Il y n’y a pas de voitures sur l’île. C’est aussi la que viens la compagnie Albury Brothers Boats. La famille Albury construit des bateaux à Man-O-War Cay depuis de nombreuses générations et les bateaux sont construits un à la fois et sont réputés pour leurs bonnes qualités. En 2003, Albury s’est associé pour produire Albury Brothers Boats aux États-Unis et construire leurs bateaux à Riviera Beach, pas loin de chez moi ! Il y avait aussi un magasin ou des dames faisait des sacs de toutes formes et couleurs.  Le magasin a commencé par faire des voiles pour les bateaux depuis plusieurs générations et maintenant fabriquent des sacs sur commande et pendant que vous attendez. C’était fascinant de regarder et j’aurai aimé avoir plus de temps pour apprendre d’elles !

Après avoir passé quelques jours à profiter de cette petite île, nous avons continué notre chemin du nord des Abacos. Un stop à Powell Cay était de rigueur pour faire de l’apnée dans la partie est de l’île ; Gary a filé un joli vivaneau ainsi qu’un lambi qui s’est transformée en un délicieux dîner. Le vent avait changé de direction et venait du sud-ouest ce qui rendait l’ancrage à Powell Cay inconfortable. Après une nuit mouvemente, nous sommes allés à l’ile d’Allens-Pensacola pour nous aligner a notre direction vers l’Ouest direction de la Floride. Il y a un arbre à Allens-Pensacola sur lequel les gens accrochent des panneaux avec le nom de leur bateau. Pendant que Gary restait sur la plage a nettoyé un lambi qu’il avait péché, Kirt et moi avec ma pancarte de Maracudja sous le bras, combattant les millions de moustiques affames, nous avons marchez et marchez dans les sous-bois mais n’avons jamais trouvé l’arbre de question. Après une demi-heure de marche et un litre de sang de moins, nous sommes retourne a la plage et j’ai accroché mon panneau près d’une hutte de fortune laissée là par les voyageurs d’auparavant.  

C’était une nuit très chaude et malgré que nous ayons pris la peine de jeter l’ancre aussi loin de l’île que possible, les yen-yens étaient féroces ! Nous avons allumé la clime pour les empêcher d’entrer et tôt dans la matinée, nous avons pris le chemin de l’ouest en direction de Great Sale Cay, mais en raison d’une série d’orage sur le chemin, nous avons décidé de continuer jusqu’à Mangrove Cay. Il n’y avait plus de vent et nous avons dû rouler à moteur presque tout le trajet, mais nous nous sommes retrouvés au milieu de grains de pluie assez féroces qui heureusement ont traversé rapidement. L’été arrivait en force ! Finalement, le ciel s’est éclairci et les nuages se sont dispersés. 

Mangrove Cay est situé loin de toute civilisation ! Il n’y pas de signaux de téléphone mobile ou d’internet.  Nous nous sommes ancrés à l’est de l’île parmi quatre autres bateaux, dont le Nova Jornada. La mer était d’huile et c’était un plaisir de faire du paddleboard finalement et de nager un peu. Gary a fait de l’apnée une dernière fois et il a vu quelques petits homards. Il est remonte à la surface avec un pouce en sang ! Le gars a été mordu, par ce que nous avons appris plus tard, était une murène. Quelle chance de ne pas avoir perdu un doigt lors de notre dernier jour aux Bahamas!

Le lendemain, il faisant une chaleur étouffante et il y avait très peu de vent, j’ai failli sauter dans l’eau pour me rafraichir mais l’idée d’être dans le Gulf Stream m’a fait peur, et nous avons donc navigué jusqu’à la Floride et sommes finalement arrivés à St. Lucie Inlet vers 18 heures, après 13 heures de voyage.  Après avoir été entouré d’eau limpide et couleur turquoise pendant trois mois, il était si décevant d’être entouré d’eau brune et vaseuse de l’intra-coastal. La seule consolation est que nous espérons retourner dans les Caraïbes dans quelques mois seulement. Vitement le repart !!!

We Almost Lost the Dinghy/ On a Failli Perdre le Zodiac

Bruce the barracuda visited us every night in Elizabeth Harbour

When Mathew was scheduled to join us in George Town, it was with the intention of sailing and cruising around that area and take him back to the same airport. However, after two weeks in the same harbour, it became apparent that after visiting the area both on land and under, there was not much new to discover and that it would be better to go see other vistas.  We had to be home early June anyway which was just one month away, so why not start our way back home and he would fly at some other airport along the way.

We left early morning on Friday, May 10th, direction Lee Stocking Island, Exuma Islands.  We had been there on the way down and knew the area. The ocean was a bit choppy but there was not much wind so we had to motorsail much of the day.  This was the first time sailing in a long time for Mathew and it didn’t take long for him to feel seasick.  Word to the wise, stay outside and look at the horizon when feeling seasick; it helps.  Of course, our son did as he pleased and remained below in the salon, thus feeling the effect of the motion of the boat much more.  Ah these young people! 

After a 7-hour sail, we made into Adderly Cut, the inlet just to the north of Lee Stocking.  Like the previous time, it is very important to follow the map channels since there are shallow grounds and grassy shoals on either side.  NOTE:  There are NO MARKERS in the channels in most places in the Bahamas.  We use Aquamap which has been a godsend and I believe much more accurate than Navionics at least in some areas of the Bahamas.

We anchored in Williams Bay and quickly put the dinghy in the water.  It was hot and we needed to get to the beach.  On the way to the bay, we had noticed coconut trees on the beach, so we left in that direction in the hopes of returning with a few coconuts.  Arrived at the beach, we followed a trail that after 45 minutes took us nowhere (if we had continued, we would have arrived at a landing strip but we were unaware of this) and we turned back toward the beach.  Mathew selected the coconut tree closest to the beach and proceeded to climb and throw the nuts down on the ground.  The boy is a naturel!  I tried to video the climb but it didn’t work but I have a picture to prove it.  The boys had brought only one machete, so Gary started removing the husks with it, and Mathew not wanting to be left out, picked up a discarded conch shell and using this was also successful in cleaning the nut.  It was a very laborious process. We proceeded to crack them open on the boat and were gratified with beautiful white coconut meat.

Word of caution:  the green sap from the coconut shell will stain your clothing and your boat!  It took a lot of elbow grease to remove the stains at the back of the boat, and the clothes are stained forever!

Matt and I cut the meat and put it in the blender which with a little hot water, made a beautiful milk.  We wanted to make coconut ice cream so I added what I thought was sugar, but as soon as I spooned it in, I realized it was salt!!! NOooooooo!!! It was ruined.  Thankfully I had saved a tiny amount of coconut meat in a container and I repeated the process, this time adding sugar, a bit of vanilla extract and a little bit of lime zest, like we do in Guadeloupe.  Let me tell you, it was delicious!!!!

Mathew shows us a giant sea cucumber – and no we did not eat this…

The next morning, we moved the boat to a different location that would put us closer to an island full of iguanas.  We anchored the boat behind Norman’s Pond Cay but the current was extremely strong.  We dinghied over to a small blue hole which was full of very shy fishes and huge whelk snails.  Matt grabbed a couple empty ones to take back to the boat and give to Jussara.  The boys also wanted to find some conchs, so we threw some lines in the water which they grabbed and I pulled them with the dinghy.  They found 3 large conchs near Maracudja which later would become dinner.

The view from the top of Williams Bay
It’s Royal Elks for dinner tonight/ Bourgots pour dinner ce soir

Gary did not want to stray far from Maracudja in case it dragged due to the current, so Mathew and I jumped in the dinghy and went around the island to go find the iguana island.  And my there are many of them and they are not shy!  We brought some bread to feed them and they came right up to Mathew.  We did not stay long and went back to our boat and proceded to return to Williams Bay to find the Nova Jornada had finally joined us (Kirt waited in George Town for a boat part he had ordered from the States).  The next morning, after waiting for the tide to go up a bit, we left for Rudder Cut Cay and had a very nice sail going up.

Rudder Cut Cay along with Musha Cay is privately owned along with several other islands by the famous magician David Copperfield.  It is said that that Rudder Cut Cay has a private airstrip where guests fly in and are taken over by boat to Musha Cay where the resort is located.  Access to the beach is restricted only to the resort guests on any of these islands and we did not even try for fear of large dogs pursuing us although we did not see any.

We anchored safely in a sandy spot and could see a cave to our north.  Unfortunately, it appeared that the windlass on the Nova Jornada had broken when they anchored and Gary went over to land a hand to Kirt but there was nothing they could do to fix it at the moment.  The wind was coming from the west and the current was strongly moving from the south created an uncomfortable rocking through the night.  The next morning, we dinghied over to a popular snorkeling spot, The Piano and Mermaid, which is exactly what it is.  A piano and mermaid sculpture made of stainless steel, positioned there by the David Copperfield staff for their clients to see.  It was fun to dive on but there was not much else to see so we moved over to a tiny island nearby that had amazing shallow coral reefs to snorkel on, and shallow it was!  We had to be careful not to hit it with the dinghy or our fins.  Unfortunately, it was time to go back, we pulled anchor and made our way up to Black Point on Great Guana Cay.

I love this bay, what with the great view from the laundromat while I’m doing a wash, the little stores nearby, the bakery and the beautiful sandy beach to the East, it is like paradise.  Gary and I went to the beach, took a walk and found a gorgeous beach on the east side of the island which we had just to ourselves.  The dinghy propeller had spun so Gary changed it with a spare he had.  Always have spare!

The calm before the storm/ Le calm avant la tempête

The wind had died down completely and it was super-hot that day, so hot in fact that for the first time, we decided to set up the generator and turn on the AC on the boat which does not make it cold but at least brings down the temperature to a more comfortable range.  That’s when we had a very unpleasant surprise and a dangerous experience:  We woke up around 1:30 in the morning hearing the wind howling, lightning flashing nearby, the boat bucking in the violent waves:  a storm had come from the west without any protection to the boats in the anchorage and the waves were hitting us full on in front.  Maracudja was jumping each wave like a bucking bronco and in the process, the dinghy which was attached to the back of the boat, was hitting the stern with every down wave and occasionally was brought under the stern which could crush the dinghy and its motor was going under water.  In the cockpit, the generator which was sitting on top of one of the stern perch seats, had fallen into the cockpit thankfully and had stopped working.  We had left the windshield open to avoid accumulation of the Carbon Dioxide created by the generator and the wind and rain were blasting through the cockpit area.  All the cushions were soaking wet and things were in danger of flying out and into the water.  We grabbed our raincoats and life vests and hooked ourselves to the boat to avoid being thrown out and I was scared like I have never been before…  We closed the windshield to minimize the wind and secured generator to the floor of the cockpit.  We removed all items in danger of flying out and threw the cushions down below.  Mathew appeared in the companionway and asked if he could help.  He looked just as frightened as I was and I asked him to secure everything down below to avoid breakage and to put his life vest on just in case.  Later we heard from two boats next to us that they recorded 52 knots of wind.

We did not seem to be drifting so the anchor was holding!  Unfortunately, we had to do something about the dinghy which was still hitting the back of the boat with every down wave.  Gary unclipped himself and somehow climbed into the dinghy.  I was petrified – what would I do if something happened to him!  I prayed to God he would be alright!  He released the dinghy security lock and extended the line that held the dinghy to Maracudja so it stopped hitting us.  He also had to remove everything that was loose in the dinghy including the gas tank which was now floating since there was so much water in the dinghy.  He used a bucket to remove as much water as possible to avoid the dinghy to sink while I held a spotlight so he could see something and finally he climbed back aboard our boat.

It kooks a lot calmer than it was!/ C’était beaucoup plus mouvementé que ca en a l’air!

Poor Mathew had been so violently thrown around inside the boat, that combined with the storm had gotten terribly sick.  I gave him seasick medicine and something to eat and after a while, his face lost that green tint!  We could hear on the radio the commotion the other boats in the area were going through and we could only wait for the storm to pass over.  Finally, around 4:00 am, it stopped raining and the wind diminished.  However, since the Exuma Banks is tens of miles wide and shallow, the waves build up a long way and even without the wind, it took a while to calm down.  When the sun came up, we realized that a bucket we had in the back of the boat with a live conch in it had fallen in the water and the BBQ cover had blown away.  After doing laundry on shore, getting fresh bread at Loraine’s and a quick lunch, we decided it was time to leave.  The bay was still very choppy and it was uncomfortable staying there but the water was clear and after searching a while, we did find the bucket with the conch in it but never found the BBQ cover.

Exuma Land and Sea Park

Rocky Dundas Caves

The Sea Aquarium and Coral Garden

Reefs near the submerged plane

So up to Cambridge Cay in the Exuma Land and Sea Park we went and my what a nice time we had there!  This is a protected anchorage from all angles and we grabbed a mooring for a couple of nights rest.  This is a beautiful place with lots of great snorkeling spots.  To the south, we dinghied over to the Rocky Dundas caves (if you’re ever down there, go check them out), and to the North, by O’Briens Cay, we snorkeled the Sea Aquarium and Coral Garden, and then the submerged plane with its amazing coral reefs nearby.  We also met a French couple with two young daughters, who sailed from France to Martinique and made their way up to the Bahamas.  They were on a year sabbatical and would go back to France in a few short months.  I understand they are now in the Azores and on schedule for their return.  There was another big Beneteau 50 moored next to us.  They purchased their boat in Turkey, and with four young children and one cat, they also crossed the Atlantic.  Dad told us he has to go back to work to fill up the cruising kitty (piggy bank in sailing terms) and they would be going back to the States for a while.  The children seemed so at ease on the boat, they ranged from about 5 to 10 years old and their black cat just looked as if he was always trying to get away from them all and hiding on top of the Bimini, ready to pounce on the birds always landing on their dinghy. It was hilarious.

There were a couple of Caribbean reef sharks that would hang around the boats in the late afternoon and we named them Sam and Sherry.  It was clear that they were used to being fed which I find so disconcerting!  We could only swim if we knew for sure the sharks were gone.  Unfortunately, we had to get back on the road, but we plan to be back here one day, it’s definitely a fantastic place to linger at. 

Quand Mathew devait nous rejoindre à George Town, c’était avec l’intention de naviguer autour de cette zone et de le ramener au même aéroport. Cependant, après deux semaines passées dans le même port a visiter l’île sur la terre et sous l’eau, il est devenu évident qu’il n’y avait pas grand-chose à découvrir et qu’il serait préférable d’aller ailleurs.  De toute façon, nous devions rentrer en Florida au début du mois de juin, donc dans un mois, alors pourquoi ne pas commencer notre chemin de retour et il prendra l’avion dans un aéroport en cours de route.

Nous sommes partis tôt le matin du vendredi 10 mai en direction de l’île Lee Stocking, toujours dans les îles Exuma. Nous avions déjà passé par là et connaissions la région. La mer était un peu agitée ce jour-là, mais il n’y avait pas beaucoup de vent et nous avons dû faire du moteur une bonne partie de la journée. C’était la première fois que Mathew naviguait depuis longtemps et il n’at pas tardé à avoir le mal de mer. Un mot de sagesse : rester dehors et regarder l’horizon pour éviter le mal de mer; ça aide. Bien sûr, notre fils a agi à sa guise et est resté en bas dans le salon, ressentant beaucoup plus l’effet du mouvement du bateau. Ah ces jeunes!

Après 7 heures de navigation, nous sommes arrivés à Adderly Cut, la crique située juste au nord de Lee Stocking. Comme la fois précédente, il est très important de suivre les canaux de carte car il y a des fonds blancs et des coraux partout. NOTE: Il n’y a AUCUN MARQUEUR dans les canaux dans la plupart des endroits aux Bahamas. Nous utilisons Aquamap qui a est fantastique et je crois beaucoup plus précis que Navionics, du moins dans certaines régions des Bahamas.

Nous avons jeté l’ancre à Williams Bay et avons rapidement mis le zodiac à l’eau. Il faisait chaud et nous devions nous rendre à la plage. Sur le chemin de la baie, nous avions remarqué des cocotiers sur la plage, nous sommes donc partis dans cette direction dans l’espoir de revenir avec quelques noix de coco. Arrivés sur la plage, nous avons suivi un sentier qui, après 45 minutes, ne nous menait nulle part (si nous avions continué, nous serions arrivés à une piste d’atterrissage mais nous ne le savions pas) et nous sommes retournés vers la plage. Mathew a choisi le cocotier le plus près de la plage et a grimpé le tronc et jeté les noix sur le sol.  Ce garçon est un naturel, il monte tellement vite !  Malheureusement, le vidéo que j’ai cru faire n’a pas marché, mais j’ai la photo comme preuve. Les garçons n’ayant apporté qu’une seule machette, Gary a commencé à nettoyer les noix. Mathew ne voulant pas être laissé de côté, il a ramassé une coquille de conque et l’a utilisé pour nettoyer le coco. C’était un processus très laborieux. Ils ont fini d’ouvrir les noix sur le bateau et avons été gratifiés d’une belle chair de noix de coco.

Attention: la sève verte de la coquille de noix de coco va tacher vos vêtements et votre bateau! Il a fallu beaucoup de force pour enlever les taches à l’arrière du bateau et les vêtements sont tachés à jamais!

Matt et moi avons mis la chair dans le mixeur qui, avec un peu d’eau chaude, faisait un beau lait. Nous voulions faire de la crème glacée à la noix de coco, alors j’ai ajouté ce que je croyais être du sucre, mais dès que je l’ai ajoutée, horreur j’ai réalisé que c’était du sel !!! NOooooooo !!! C’était ruiné. Heureusement, j’avais gardé une petite quantité de chair dans un petit bol et j’ai répété le processus en ajoutant cette fois du sucre, un extrait de vanille et un peu de zeste de lime, comme nous le faisons en Guadeloupe. Laissez-moi vous dire que c’était délicieux et à refaire !!!!

Le lendemain matin, nous avons bougé le bateau vers un endroit différent qui nous rapprocherait d’une île pleine d’iguanes. Nous avons ancré le bateau derrière Norman’s Pond Cay mais le courant était extrêmement fort. Nous nous sommes dirigés vers un petit trou bleu pleins de poissons timides et d’énormes bourgots. Matt attrapa deux bourgots vides pour les donner à Jussara. Les garçons voulaient aussi trouver des conques, alors à la traine ils sont allés pendant que les tirais avec le zodiac. Ils ont trouvé 3 belles grosses conques près de Maracudja qui deviendraient plus tard dîner.

Gary ne voulant pas s’éloigner de Maracudja au cas où le bateau serait traîné à cause du courant, Mathew et moi sommes allés autour de l’île avec le zodiax pour trouver l’île d’iguanas. WOW il y en a beaucoup et ils ne sont pas timides! Nous avions apporté du pain pour les nourrir et ils sont allés jusqu’à Mathew. Un peu plus tard nous sommes retournes à Williams Bay rencontrer le Nova Jornada qui nous avait finalement rejoint (Kirt attendait une pièce de bateau à George Town qu’il avait commandée des États-Unis). Le lendemain matin, après avoir attendu que la marée monte un peu, nous sommes partis pour Rudder Cut Cay.

Rudder Cut Cay et Musha Cay, ainsi que plusieurs autres îles sont privées et appartiennent au célèbre magicien David Copperfield. Il est dit qu’il y a une piste d’atterrissage a Rudder Cut Cay où les clients atterissent et sont emmenés en bateau jusqu’à Musha Cay, où se trouve le complexe. L’accès à la plage est réservé uniquement aux clients de l’hôtel et nous n’avons même pas essayé par peur des chiens de garde bien que nous n’en ayons pas vu.

Nous avons jeté l’ancre dans un endroit sablonneux et avons pu voir une grotte au nord. Malheureusement, le guindeau de la Nova Jornada s’est cassé quand ils ont jeté l’ancre et Gary est allé donner un coup de main à Kirt, mais ils ne pouvaient le réparer pour le moment. Le vent venait de l’ouest et le courant du sud créant un balancement très inconfortable pendant la nuit. Au petit matin, avec le zodiac, nous sommes aller visiter un lieu de plongée en apnée populaire, le Piano and la Sirene, qui est exactement ce que c’est : Un piano et une sculpture en acier inoxydable d’une sirène, placés là par le personnel de David Copperfield pour le plaisir de leurs clients. C’était amusant de plonger, mais il n’y avait pas grand-chose à voir là. Nous nous sommes donc déplacés vers une petite île voisine qui abritait des récifs de corail peu profonds, et peu profonde c’était! Nous devions faire attention à ne pas heurter le récif avec le zodiac ou nos palmes. Trop tôt, il était temps de partir ; nous avons monté l’ancre et nous sommes montés vers Black Point sur Great Guana Cay.

J’adore cet endroit, avec la vue magnifique de la buanderie pendant que je fais la lessive, les petits magasins à proximité, la boulangerie et la magnifique plage de sable à l’est, c’est un paradis. Gary et moi sommes allés à la plage, avons fait une promenade et trouvé une magnifique plage du côté est de l’île que nous avions juste pour nous-mêmes. L’hélice du zodiac avait tourné et Gary l’a échangée avec une autre hélice qu’il avait. Toujours avoir des pièces de rechange juste en cas!

Il n’y avait aucune goutte de vent et il faisait très chaud ce jour-là, si chaud en fait que pour la première fois, nous avons décidé de mettre en place le générateur et d’allumer le climatiseur du bateau, ce qui ne le rend pas vraiment froid mais aide a baisser la température dans le bateau pour qu’on soit au moins confortable. Malheureusement, pendant la nuit nous avons eu une surprise très désagréable et une expérience dangereuse: nous avons été réveillés vers 1h30 du matin.  Le vent hurlait, la pluie tombait fort, les éclairs tombait à proximité, et le bateau sautait dans les vagues violentes: un orage provenait de l’ouest sans aucune protection pour les bateaux dans la baie et les vagues nous arrivait tout devant. Maracudja sautait chaque vague comme un bronco et, ce faisant, le zodiac qui était attaché à l’arrière du bateau frappait la poupe à chaque vague et était parfois amené sous la poupe, ce qui pouvait écraser le zodiac pendant que son moteur plongeait sous l’eau. Dans le cockpit, le générateur qu’on avait déposé sur l’un des sièges de la perche était tombé dans le cockpit et avait cessé de fonctionner. Nous avions laissé le pare-brise ouvert pour éviter l’accumulation de dioxyde de carbone créé par le générateur et le vent et la pluie soufflaient dans le cockpit. Tous les coussins étaient trempés et tout objets pas attaché risquaient de s’envoler. Nous avons vitement enfilé nos imperméables et gilets de sauvetage et nous nous sommes attachés au bateau pour éviter d’être jetés dans l’eau. J’étais effrayé comme je ne l’avais jamais été auparavant… Nous avons fermé le pare-brise pour réduire le vent et avons immobilisé le générateur au plancher du cockpit. Mathew est apparu dans l’escalier pour nous demander ce qu’il devait faire. Il avait l’air aussi effrayé que moi et je lui ai demandé de tout mettre en sécurité en bas et de mettre son gilet de sauvetage au cas où. Plus tard, des bateaux près de nous ont dit qu’ils avaient enregistré des vents de 52 nœuds !

Nous ne semblions pas dériver donc l’ancre tenait! Malheureusement, nous devions vite faire quelque chose à propos du zodiac qui frappait toujours l’arrière du bateau à chaque vague. Gary se détacha et monta dans le zodiac. J’étais terrifie – que ferais-je si quelque chose lui arrivait!  J’ai bien prié le bon dieu que rien de mal ne lui arrive! Il a libéré le verrou de sécurité du zodiac pour allonger la ligne qui le tenait à Maracudja pour qu’il cesse de nous taper. Il a également dû enlever tout ce qui était en vrac dans le canot, y compris le réservoir d’essence qui flottait maintenant car il y avait tellement d’eau dans le canot et a renflouer l’eau du zodiac pour éviter qui ne coule pendant que je tenais un projecteur pour l’éclairer et il est finalement remonté à bord de Maracudja.

Pauvre Mathew avait été jeté si violemment à l’intérieur du bateau, qu’il est devenu terriblement malade. Je lui ai donné un médicament contre le mal de mer et quelque chose à manger et après un moment, son visage a perdu cette teinte verte! Nous pouvions entendre à la radio le tumulte que traversaient les autres bateaux dans la région et nous ne pouvions qu’attendre que la tempête passe. Finalement, vers 4 heures du matin, la pluie a cessé et le vent a diminué. Malheureusement, comme les bancs d’Exuma font des dizaines de kilomètres de large et sont peu profonds, les vagues s’accumulent et il a fallu un certain temps pour qu’elles se calment. Au lever du soleil, nous avons réalisez qu’un seau que nous avions à l’arrière du bateau avec d’une conque vivante dedans tombé dans l’eau et que la couverture du barbecue avait été emportée pendant la tempête. Nous sommes allés sur terre faire la lessive, acheter du pain frais chez Loraine et après un bon déjeuner au restaurant, nous avons décidé que nous ferions mieux de partir. La baie était toujours très agitée et c’était inconfortable d’y rester mais l’eau était claire et après avoir cherché pendant un moment, nous avons retrouvé le seau avec la conque.

Notre prochaine escale était Cambridge Cay dans l’Exuma Land and Sea Park, et quel bon moment nous avons passé là-bas! C’est un mouillage protégé dans tous les angles et nous nous sommes amarrés pour deux nuits de repos bien mérites. C’est un bel endroit avec beaucoup de bons sites de plongée. Au sud, nous avons visites les grottes de Rocky Dundas, au nord, près de O’Briens Cay, nous avons plongé le Sea Aquarium et le Coral Garden, puis l’avion submergé avec ses incroyables récifs coralliens à proximité. Un de nos voisins à Cambridge Cay était un couple français avec leurs deux petites filles qui ont quitté la France vers la Martinique et se sont rendus aux Bahamas. Ils étaient en année sabbatique et rentraient en France dans quelques mois. Je crois comprendre qu’ils se trouvent maintenant aux Açores et qu’ils sont sur le point de revenir chez eux. Il y avait un autre grand Beneteau 50 amarré à côté de nous. Ils ont acheté leur bateau en Turquie et, avec quatre jeunes enfants et un chat, ils ont également traversé l’Atlantique. Le papa nous a dit qu’il devait retourner travaille pour remplir leur fonds de banque et qu’ils retourneraient aux États-Unis pendant un moment. Les enfants semblaient si à l’aise sur le bateau. Ils avaient entre 5 et 10 ans et leur chat noir semblait vouloir toujours les eviter et se cachait au dessus du Bimini, prêt à bondir sur le les oiseaux atterrissant sur leur zodiac. C’était trop marrant.

Il y avait deux requins qui traînaient autour des bateaux en fin d’après-midi et nous les avons surnommés Sam et Sherry. Il était clair qu’ils étaient habitués à être nourris, ce que je trouve si déconcertant ! Nous ne nagions que si nous savions que qu’ils n’étaient pas là. Malheureusement, après deux jours de répit, il était temps de reprendre la route, mais on espère bien revenir ici un jour, c’est vraiment un endroit fantastique pour s’attarder.

George Town is a Mecca for Cruisers/ George Town est la Mecque des vacanciers de plaisance

We arrived in the city of George Town on Thursday, April 25th and stayed about 2 weeks in various anchorages around Elizabeth Harbour.  George Town is the capital of Great Exuma island and a mecca for cruisers both sail and motor.  Located in a very large harbor, there is almost 360⁰ protection provided you are willing to move your boat from one anchorage to another.  George Town has a couple grocery stores, a gas station, a marina, several liquor stores and churches (seems to go hand in hand), a small hardware store, several restaurants and bars, and various other services that cruisers need and are hard to find in the remote areas of the Bahamas.

During the season (that would be November to April), there can be as many as 600 boats at one time in the harbor!  Many boaters use George Town as a stop over to go down south to the Caribbean and others as their final destination before returning to the USA or Canada.  A lot of them stay long term meaning several months, so much so that they have created a cruisers net:  A radio station for cruisers to get their daily information (weather, tides, new arrivals and departures, daily and future events organized for the good of the Bahamians or the cruisers community).  George Town is lovingly called chicken harbor and Velcro harbor.  Chicken harbor because once here, many cruisers change their mind about continuing south; Velcro harbor because when they arrive, they stay months.

On many of the islands surrounding Elizabeth Harbour, one can find several trails if like me you like to hike.  Some require a bit more stamina as they climb up steep hills, but they are doable by most people.  On Stocking Island, Chat N Chill is the local bar where many of the cruisers regroup and it offers volleyball courts, tables in the sand, a nice sandy beach and hammocks to relax in.  Because conch shells are set up off the beach in shallow water at the ready when the next customer orders conch salad (can’t get any fresher than this), stingrays are pretty much like pets here and come by swimmers for a hand out.  If you can be very still, you may be able to touch one as I did.  They feel very velvety to the touch.  It was an amazing experience. 

When we arrived in Elizabeth Harbour, the Bahamas Family Islands Regatta 2019 was in full swing and it was impressive to see the sloops sailing and racing down the harbor.  Since 1954, this is the oldest and largest wooden boat racing in the Bahamas and attracts the best sailors from all the islands to compete to be the best in their class.  Rules dictate that boats must be designed, built, owned and sailed by Bahamians, using materials that preserve the traditions of the early boat-builders as much as possible.  Non-Bahamians can participate in the race as part of the crew and fans from all over the Bahamas gather in George Town to enjoy the five days of competition.  Friday afternoon, after visiting new friends on their boat along with Kirt and Jussara, we dinghied to town to take part in the evening festivities.  After the music DJ’s, popular music bands were performing, and booths were offering typical Bahamian meals (crabnrice, fried fish, BBQ chicken or pork).  A giant screen replayed the regattas of the day and we happened to see our boats on the screen. We also very much enjoyed the Bahamian Defense Force Band parade on Friday night.  They walked up and down the streets while playing their instruments and dancing.  It was excellent, fun and reminded me of Thomas’ high school band performances during the half-time football games.

One day it was very windy and the sea in the harbour was quite rolly but we really wanted to go hike an island across the Harbour and south of George Town called Crab Cay.  We read that there were trails there, so off in the dinghy we went, Kirt and Jussara, Gary and me.  We landed the dinghy on the beach, found an abandoned road and started walking.  We were astounded to see well cut shellrock roads, water and electrical pipes in place, some large hangars, and other construction material laying around but the project seemed abandoned for months if not years.  In a clearing near a pretty beach, there was a beautiful outdoor pavilion with all side panels closed and in between trees, I found a boardwalk leading to a rock wall.  The boardwalk spiraled around the rock wall to end at a… toilet!  It befuddles me that they would build a bathroom before anything else.  This little project alone must have cost several thousands of dollars.  Beyond the pagoda, a wide bridge stood connecting Crab Cay to Great Exuma.  The bridge was made of Coquina rock and was a lovely peach color.  On the west side of the bridge, a fence closed the dirt road leading to the bridge and Crab Cay.  Then we noticed the signs that said NO TRESPASSING!!!  We left quickly before guards showed up.  The ride back to our boats was crazy.  Although it was a sunny day, the wind was driving waves over the dinghy to completely shower us.  There was no way to stay dry so we laughed at the situation and just enjoyed the ride.  The dinghy motor died halfway across the harbour and it made for a few stressful minutes.  Kirt realized that it was caused by the malfunctioning valve of the gas tank, so he changed tanks and the motor spurred into life again.  Laughing, we returned to our respective boats safely and in good humour.

Staying in Elizabeth Harbour finally felt like a vacation.  We had nowhere to go specifically and had no schedule.  Every morning, if there were no chores, we had breakfast, go swimming at one of the beaches, take a hike and explore the islands, or dinghy over to George Town for grocery shopping or do laundry.  I took my courage in my hands and decided to get a haircut and Renee did an amazing job (I think better than my Florida hairdresser) and for only $20!  Finally, something that is reasonably priced in the Bahamas.  We also found a Farmers market and purchased some beautiful produce much better priced than the grocery stores.  I also purchased some Hog Bananas.  They look and taste similarly than plantains but are a little sweeter and have sort of a lemony taste.  They are very fat but half the length of a plantain.  So delicious!!!  Unfortunately, I never found them again.

Dinner on the Nova Jornada

Many evenings, we took turn hosting each other’s on our boats, admiring the sunsets and playing Mexican Train dominos or Rummikub.  We are blessed to be in company of wonderful friends and it made for some fun evenings. 

Kirt and Gary were starting to look shabby with their hair getting too long, and they kept asking me to cut their hair.  One day, I finally agreed and we motored over to the beach, were I proceeded to pull out my hair scissors and comb and had the guys sit on a turned down bucket for a seat while I cut and trimmed their hair.  I used to cut my sons’ hair while growing up and even as adults but hadn’t done it in a long time.  I must say I did a pretty good job and both Kirt and Gary were happy with the outcome.

Mathew was joining us on Sunday May 5th, so on Saturday afternoon, we decided to rent a car for 24 hours instead of a taxi to the airport.  We motored back to George Town and walked over to where we saw the rental car sign.  Unfortunately, it was closed for the afternoon, and after asking a local we walked to the other side of town (it’s a small town but it was hot) to find another rental car but they had no available cars.  Now what do we do?  I started calling the 3 other local rental cars: one was out of cars, one told us to take a taxi to the airport where we could rent a car and finally the third one told us to wait for a car to take us to the airport where we could rent our car!  Now that’s customer service for you!  Terry our driver was lovely to talk to and we had a friendly chat during the 30 minutes drive.  After picking up our car, we set about to find Cocoplum Beach.  Terry told us it was a beautiful beach and gave us directions.  Unfortunately, I’m not sure if it’s because I wasn’t listening or did not understand her accent but it took us 3 hours to find this beach!  We did drive to the most northern part of the island, and then back south using google map that took us to nowhere land.  Frustrated at being unable to find this illusive beach, it was on this shellrock road that we saw a truck coming our direction as I’m telling Gary that he was driving on the wrong side of the shellrock road, while pointing to the window sticker on the windshield that said: Remember Drive Left!  We asked the men for directions while laughing at our mistake.   The driver gave us instructions and we realized we had driven by the entrance to the beach a couple of time.  As he drove away, he reminded us to drive on the left and burst out laughing. 

After two hours of driving, we finally arrived at Cocoplum beach and all the driving had been worth it.  It was shallow water, miles long, providing a perfect playground for kite surfer.  A couple of wooden swings had been installed in the water although they were quite high and it took some efforts on my part to sit on one of them.  Then we had a lovely dinner in a waterside restaurant celebrating our 36th wedding anniversary.  As we came back to town, we debated where to leave the rental car for the night so we asked a lady passing by.  She said, “leave your car anywhere, no one will mess with the car”.  We laughed at that, so much like the islands hahaha!

Sunday morning, while Jussara went to church we drove back to the airport to pick up Mathew.  He was waiting for us in the parking lot chatting with a local man.  We took him back to Maracudja (remember the dinghy is the transport back to the boat and 3 people and luggage are heavy for this little boat).  He proceeded to sleep for several hours – ah those young people!

One of many beautiful secluded beach

We had a couple of hours left before returning the car so we decided to go explore the island south while Mathew was resting.  We needed to refuel the car but there are only two gas stations on the island and being that this was Sunday, only one station was open and it was near the airport.  So, we turned around and went back north.   After refueling the car, we found this beautiful secluded beach and spent a couple hours enjoying the solitude before returning to town and calling the rental car company to come and pick up the car. 

For almost a week, we took Mathew hiking, dining on the beach where the no-see-ums feasted on us or dinner on the Nova Jornada Sunset Terrace as we called it, drinks at Chat n Chill admiring the stingrays, snorkeling on a beautiful reef,  and he also helped his dad clean the bottom of the boat using the hookah compressor.    We had a couple of very hot nights with very little wind and could tell that summer was on its way.  The heat was the hardest part for Mathew to adjust to.  We had had 2 months of gradually getting used to the temperature.  I now dread going back home and being confined to being inside with the air conditioner.

On May 10th, birthday of my best friend (Hi Tatiana), we left George Town, Exuma to begin the way back home.  Instead of flying back out of George Town, Mathew will fly out of one of Eleuthera’s airports.  We have been in the Exumas since April 16th and in the Bahamas since March 11th.  I cannot believe it’s been 2 months already!  We have seen so many amazing places, met many wonderful people and have had a great time all along but we need to be back home in June.  The adventure is not over yet, so come along for the ride.

Nous sommes arrivés à George Town le jeudi 25 avril et y avons passé environ deux semaines dans divers mouillages autour d’Elizabeth Harbour. George Town est la capitale de l’île de Great Exuma et un paradis pour les vacanciers de plaisance soit voile ou moteur. Située dans un très grand port, il offre presque 360⁰ de protection, à condition que vous soyez près à déplacer votre bateau d’un mouillage à l’autre. George Town compte une couple d’épiceries, une station-service, une marina, plusieurs magasins d’alcool et églises (très commun dans les Bahamas), une petite quincaillerie, plusieurs restaurants et bars, ainsi que divers autres services dont les vacanciers ont besoin et qui ne sont pas facile à trouver dans les endroits reculés des Bahamas.

Pendant la saison (de novembre à avril), il peut y avoir jusqu’à 600 bateaux à la fois dans le port! De nombreux plaisanciers utilisent George Town comme une escale avant de continuer pour les Caraïbes, et d’autres cela sera leur destination finale avant de revenir aux États-Unis ou au Canada. Beaucoup d’entre eux restent ici à long terme, c’est-à-dire plusieurs mois, à tel point qu’ils ont créé un réseau pour les vacanciers: une station radio permettant aux croiseurs de recevoir leurs informations quotidiennes (météo, marées, arrivées et départs, événements quotidiens et futurs organisés pour le bien des Bahamiens ou de la communauté des vacanciers). George Town est affectueusement appelé Port des Poules et Port Velcro. Port des Poules, car une fois arrivés, de nombreux vacanciers changent d’avis quant à la poursuite de leur voyage vers le sud et arrête ici; Port velcro parce qu’une fois arrivés, ils ne veulent plus partir.

Sur de nombreuses îles entourant Elizabeth Harbour, on peut trouver plusieurs sentiers si, comme moi, vous aimez faire de la randonnée. Certains exigent un peu plus d’endurance lorsqu’ils montent des collines escarpées, mais ils sont réalisables par la plupart des gens. Sur l’île Stocking, Chat N Chill est un bar local où se regroupent la plupart des vacanciers. Le bar offre des terrains de volley-ball, des tables dans le sable, une jolie plage de sable et des hamacs pour se détendre. Parce que des coquilles de lambis sont entreposer au bord de la mer dans des eaux peu profondes prête pour le prochain client qui commande de la salade de lambis (il n’y a pas plus frais que ça), l’odeur doit attirer les raies qui sont presque docile et passent au bord du rivage sans peur des humains. Ne bougez pas et soyez très calme et vous pourrez peut-être en toucher une comme je l’ai fait. Leur peau est lisse comme de la soie. C’était une expérience incroyable.

Lorsque nous sommes arrivés à Elizabeth Harbour, la régate des Bahamas Family Islands 2019 battait son plein et il était impressionnant de voir les sloops naviguer et faire la course dans le port. Depuis 1954, cette course est la plus ancienne et la plus importante course de bateau de bois des Bahamas et elle attire les meilleurs marins de toutes les îles pour concurrencer les meilleurs de leur catégorie.  Les admirateurs viennent des quatre coins des Bahamas pour se rassembler à George Town et profiter de cinq jours de compétition. Les règles dictent que les bateaux doivent être conçus, construits, possédés et conduits par des Bahamiens, en utilisant des matériaux préservant autant que possible les traditions des premiers constructeurs de bateaux. Les non-Bahamiens peuvent participer à la course en tant que membres de l’équipage.  Vendredi après-midi, après avoir rendu visite à de nouveaux amis avec Kirt et Jussara, nous nous sommes ensuite dirigés vers la ville pour prendre part aux festivités de la soirée. Après le music DJ, il y avait suite des groupes de musique populaires ainsi que plusieurs stands proposant des repas Bahamien typiques (crabnrice, poisson frit, poulet BBQ ou porc) et des boissons. Un écran géant rejouait les régates du jour et nous avons vu nos bateaux à l’écran. Nous avons également beaucoup apprécié le défilé de la fanfare des forces de défense bahamiennes. Ils ont marché dans les rues tout en jouant de leurs instruments et en dansant. C’était excellent, amusant et rappelait les performances du groupe de lycée de Thomas pendant les mi-temps des matchs de football.

 Un jour il faisait très venteux et la mer dans le port était assez rouleuse mais nous voulions vraiment aller faire une randonnée sur une l’île de Crab Cay situé à travers le port et au sud de George Town.  Nous avions lu qu’il y avait des sentiers là-bas, alors nous sommes partis dans le dinghy, Kirt et Jussara, Gary et moi. Nous avons atterri le canot sur la plage, trouvé une route abandonnée et commencé notre balade. Nous avons été étonnés de voir des routes en caillous bien façonnés, des canalisations d’eau et d’électricité en place, quelques grands hangars et autres matériaux de construction, mais le projet semblait abandonné depuis des mois, voire des années. Dans une clairière près d’une jolie plage, il y avait un beau pavillon extérieur avec tous les panneaux latéraux fermés et entre les arbres, j’ai trouvé un trottoir menant à un mur de pierre. Le trottoir tournait en spiral autour d’un mur de pierre et aboutissait à une… toilette! Pourquoi construire une salle de bains extérieure avant toute autre chose? Ce petit projet à lui seul a dû coûter plusieurs milliers de dollars. Au-delà du pavillon, un large pont reliait Crab Cay à Great Exuma. Le pont était fait de rocher Coquina et d’une jolie teinte pêche. Sur le côté ouest du pont, une clôture fermait le chemin de terre menant au pont et à Crab Cay. Suite à la découverte du pont, nous avons remarqué des panneaux indiquant NO TRESPASSING oops!!! Nous sommes partis rapidement avant que des gardes ne se présentent. Le retour à nos bateaux était fou! Bien que ce fût une journée ensoleillée, le vent faisait déferler des vagues sur le dinghy pour nous couvrir complètement. Il n’y avait aucun moyen de rester sec, alors nous avons ri de la situation et avons simplement apprécié le trajet. Le moteur du dériveur a calé à mi-chemin et cela a pris quelques minutes stressantes. Kirt s’est rendu compte que cela était dû à la valve du réservoir d’essence ; il a changé de réservoir et le moteur a retrouvé son dynamisme. C’est au grand fou rire que nous sommes retournés dans nos bateaux en toute sécurité et de bonne humeur.

Séjourner à Elizabeth Harbour a finalement semblé être des vacances. Nous n’avions nulle part où aller précisément et nous n’avions pas d’horaire. Chaque matin, s’il n’y avait pas de tâches ménagères, nous prenions le petit déjeuner, allions nager sur l’une des plages, faisions une randonnée et explorions les îles, ou allions à George Town pour faire l’épicerie ou faire la lessive. J’ai finalement pris mon courage à deux mains et j’ai décidé d’aller me faire couper les cheveux. Renée a fait un superbe travail (je pense mieux que ma coiffeur em Floride) et pour seulement $20 en plus; Enfin, quelque chose qui a un prix raisonnable aux Bahamas ! Nous avons également trouvé un marché de fruits et légumes et acheté de beaux produits dont les prix étaient bien meilleurs que ceux des épiceries. Ils avaient de grosses bananes qui s’appellent Hog Banana ou Orinoco Banana. Elles ont un goût très semblable aux bananes jaunes, mais ils sont un peu plus sucrés et ont un goût citronné. Elles sont très grosses de diamètre mais la moitié de la longueur du platane.  Tellement délicieuse!!! Malheureusement, je ne les ai jamais retrouvés.

Le soir, nous nous recueillions à tour de rôle sur nos bateaux, en admirant les couchers de soleil et en jouant aux dominos ou au Rummikub. Nous avons la chance d’être en compagnie de merveilleux amis et cela nous a permis de passer de très bonnes soirées.

Kirt et Gary commençaient à avoir l’air un peu minables avec leurs cheveux de plus en plus longs et ils n’arrêtaient pas de me demander de leur couper les cheveux. Un jour, j’ai finalement accepté et nous sommes allés à la plage et les gars se sont assis sur un seau renversé comme siège pendant que je leur coupais les cheveux. Autrefois, j’avais l’habitude de couper les cheveux de mes fils petits et même en temps qu’adulte, mais je ne l’avais pas fait depuis longtemps. Je dois dire que j’ai fait un très bon travail et Kirt et Gary étaient satisfaits du résultat.

Mathew nous rejoignait le dimanche 5 mai, alors samedi d’avant, nous avons décidé de louer une voiture pour 24 heures plutôt que de prendre un taxi pour aller à l’aéroport le chercher. Nous sommes retournés à George Town et allés au bureau de location de voiture. Malheureusement, il était fermé pour l’après-midi et après avoir demandé a une personne du coin, nous nous sommes rendus de l’autre cote de la ville.  C’est une petite ville mais mon dieu quel chaleur !  Malheureusement ils n’avaient pas de voiture disponibles.  Maintenant que faisons-nous? J’ai commencé à appeler les trois autres compagnies de location, la première n’avait pas de voiture disponible non plus, la deuxième nous a dit de prendre un taxi pour aller à l’aéroport où nous pourrions louer notre voiture! Et la troisieme nous a dit qu’une voiture venait nous chercher pour nous amener au bureau.  Ça c’est du bon service et je conseille Airport Car Rental a Exuma Airport, super service ! Nous avons eu une discussion bien amicale pendant les 30 minutes en voiture avec Terry et elle nous a recommandée les jolies coins à visiter, alors après avoir récupéré notre voiture, nous nous sommes mis à la recherche de la plage de Cocoplum. Terry nous a dit que c’était une belle plage et nous a indiqué le chemin.  Je ne suis pas sûr si c’est parce que je n’écoutais pas ou que j’ai mal compris son accent, mais il nous a fallu 3 heures pour trouver cette plage!  Nous nous sommes rendus dans la partie la plus au nord de l’île, même la carte google nous a menés dans un coin perdu. A un moment, j’indiquais à Gary qu’il conduisait du mauvais côté de la route, tout en lui montrant l’autocollant sur le pare-brise, qui disait: Conduire à gauche! Un camion passait à côté de nous et nous avons demandé le chemin aux gars du camion tout en riant de notre erreur. Le chauffeur nous a expliqué comment y aller, puis avant de partir, il nous a rappelé de conduire à gauche et à éclater de rire.

Enfin, nous avons trouvé la plage et tout le trajet qu’on avait fait en valait la peine. C’était un lagon peu profond, avec une plage de plusieurs kilomètres, offrant un terrain de jeu idéal pour les kite surfeurs qui y étaient de partie bien sûr. Quelques balançoires en bois avaient été installées dans l’eau bien qu’elles soient plutôt hautes et il m’a fallu des efforts pour monter sur l’une d’elles. Après la plage, nous nous sommes arrêtes pour dîner dans un restaurant situé au bord de la mer pour célébrer notre 36ème anniversaire de mariage. De retour en ville, nous ne savions pas où laisser la voiture de location pour la nuit et avons demandé à une dame qui passait. Elle nous a dit: «laissez la voiture ou vous vouler, personne ne va rien dire». Nous avons ri de cela, tellement comme les îles hahaha!

Dimanche matin, alors que Jussara se rendait à l’église, nous sommes retournés à l’aéroport chercher Mathew. Nous l’avons ramené à Maracudja (rappelez-vous que le dériveur est notre moyen de transport pour retourner au bateau et que 3 personnes en plus des valises c’est beaucoup de poids pour ce petit bateau). Aussitôt arrive, Mathew a dormi pendant plusieurs heures – ah ces jeunes!

Il nous restait quelques heures avant de rendre la voiture, donc nous avons donc décidé d’explorer l’île du côté sud pendant que Mathew se reposait. Nous avions besoin de faire le plein de carburant mais il n’y a que deux stations d’essence sur l’île et comme c’était dimanche, seulement une seule station était ouverte et était près de l’aéroport donc côte nord. Après avoir fait le plein, nous avons trouvé une jolie plage isolée et y avons passé quelques heures à profiter de la solitude avant de retourner en ville et d’appeler la société de location de voitures de revenir chercher la voiture.

Pendant près d’une semaine, nous avons emmené Mathew faire des randonnées, dîners sur les plages, chez Nova Jornada Sunset Terrace comme nous l’appelions, boire un verre à Chat n Chill en admirant les raies qui passait, faire de l’apnée voir de beaux récifs de corail.  Il a également aidé son père à nettoyer le bas du bateau en utilisant le system de plongée de hookah. Nous avons eu deux ou trois nuits très chaudes avec très peu de vent et a chaleur était difficile pour Mathew à s’habituer. Gary et moi avions eu 2 mois pour nous habituer petit à petit à la température.  Je crains maintenant de rentrer chez moi et d’être confiné à l’intérieur dans la clime !

Le 10 mai, anniversaire de ma meilleure copine (Salut Tatiana), nous avons quitté George Town, Exuma pour commencer le chemin du retour. Plutôt que de partir par George Town, Mathew ira dans l’un des aéroports d’Eleuthera. Nous sommes dans les Exumas depuis le 16 avril et aux Bahamas depuis le 11 mars. Je ne peux pas croire que cela fait déjà deux mois! Nous avons vu tellement de lieux incroyables, rencontré beaucoup de gens merveilleux et passé du bon temps, mais nous devons être de retour à la maison en juin.

L’aventure n’est pas encore terminée, alors venez avec nous.

The Beauty of the Exuma Islands/La beauté des îles Exuma.

We left Rock Sound on April 16th direction the Exuma islands.  We have heard so much about the Exuma islands and how beautiful the water is there.  Our final destination is George Town, Great Exuma Island.  Crossing the Exuma Sound is just like crossing an ocean with 40 miles between Eleuthera and Exuma.  Remember the Bahamas is a very wide country with more than 700 islands and the Exuma Islands consist of 365 islands, called cays.  Granted, most islands are very small with the largest one being Great Exuma which I will get to in a later post.

After a 6-hour sail, we arrived at Highbourne Cay, Exumas home of the mega yachts.  I have never seen so many mega yachts all in one place, except at the Fort Lauderdale or the Miami Boat Show.  Yachts of all sizes and types but most were charters.  They range from $20,000 a week to $350,000 a week.  One yacht was 110-foot long; that’s the $350K/week!  They have all the water toys you can think of:  jet skis, water jetpack, water slide (from the top of the 4th story boat), sport fishing boat (that’s their dinghy). At night, they put on a show with a multitude of underwater and above deck lights (blue, red, yellow) they remind me of Christmas Trees all lit up!  I have to admit was pretty cool but our boat looked like a dinghy next to them. 

Our first night at Highbourne was extremely rolly, between the wind and the water surge going through the islands and our boat switched direction in the middle of the night setting our anchor alarm twice.  Needless to say, we did not sleep very much that night and so we moved to a different spot the next day to shelter us better from the wind and also had less current.  From our new location, we dinghied over to a group of small islands called Allan Cays and had a pleasant encounter with land iguanas.  There were quite a few iguanas on the island and they are not afraid of humans.  Although it is discouraged to feed them, the iguanas expect it and can be aggressive (one bit our camera thinking it was food).  I kept my distance but it was interesting to see them so close to the edge of the water. 

Gary and I enjoyed snorkeling beautiful reefs not far from our boat, that were full of fishes, sea fans, and corals.  I spotted a grouper and Gary was quick to spear it and it made a very nice dinner the next night! Our buddy boat, the Nova Jornada joined us the following day, and we were happy to have our friend Jussara join us again after a month in Brazil, helping her mother who had had emergency hip surgery.  The next day departure for Norman Cay.

Norman Cay is an interesting place.  During the late 70’s-80’s, it was the headquarter of a major drug smuggler Carlos Lehder.  After the Bahamian government took it back, the island was sold and is now private and no trespassing signs are posted everywhere.  In addition to a few ruins visible from the water, there is a sunken plane in the middle of the bay which is a big attraction for tourists and very fun to snorkel.  We anchored Maracudja in the channel but encountered extremely strong currents and surge.  Our boat “danced” all night and we quickly left early the next morning.

We arrived at Warderick Wells, headquarters of the Exuma Cays Land and Sea Park, a Bahamas national park.  The area is amazingly beautiful and you can choose to anchor or take a mooring for little difference in price.  The wind was predicted to blow fierce for the next 3 days so decided to take a mooring and wait out the storm.  However, upon our arrival, the wind was calm so I quickly put my paddle board in the water and Jussara joined me at the beach using her see-through kayak.  Kirt and Gary joined us later and we enjoyed a lazy afternoon soak in the sea, the water finally starting to warm up a bit.

The next morning, we wanted to go explore the island but first I decided to do laundry using my trusty bucket and good old elbow grease.  I didn’t count on my poor back who would give up on me later that day.  I felt my back muscles pulling but still decided to join the group as they left to visit the island.  We walked a lot, losing track of the hiking trail of couple times but finding it back again later.  We walked up to Boo Boo Hill which offers a spectacular view of the island and its surrounding.  It is customary for cruisers to leave a wooden sign with their boat’s name at the top of Boo Boo Hill, so we were not about to let that custom pass us by.  It was very fun to see and we were proud to leave our sign amongst all others (I know, it’s corny).  With great difficulty though, I made it back to the boat.  The next few days were not fun at all for me.  The wind had really picked up and we experienced one of our worst time in the Bahamas.  The sun was shining and the sky was at it’s bluest but the wind was making Maracudja buck at the mooring like a wild horse.  My back muscles were completely frozen and I was in a lot of pain.  Getting in and out of bed was a challenge including changing positions and Gary took to sleeping in the other cabin giving me complete access to our bed.  I was hurting so much I had to put pillows front and back of me to keep me from rolling with the movements.  After two very uncomfortable nights at Wardewick Wells we left and not a moment too soon.  Our goal was to arrive in George Town to see the Bahamas Family Islands Regatta that was to take place between Tuesday April 23rd to Saturday April 27th and we still had 81 miles to cover so there was no time to lose!

Cruisers Beach

During the sail down to Staniel Cay, we were surprised how busy the route was with a great number of boats were going south and north; catamarans, trawlers, monohulls, yachts, and other large motor boats.  We decided with Kirt and Jussara to anchor the boat north of Big Major Cay which is just above Staniel Cay and offers a larger anchorage with deeper depths.  Having no interest to visit Pig Beach, but wanting to go to the beach, we saw a small beach nearby the anchorage that we later learned was called Cruisers Beach.  Other boaters had left beach chairs, kayaks, a hammock, and tables for the enjoyment of others and it is regularly cleaned up by volunteers.  There we met other couples that were cruising the Bahamas as we were.  One couple had 2 elementary school children that were being homeschooled as are most “boat kids” and were going back to the States in a few days.  Another couple was Canadian from the Toronto area, and another American couple had the exact same boat as ours and were going down to the US Virgin Islands to establish their new residence.  It is interesting to meet cruisers, where they are from and where they are going.

The next morning Easter Sunday, we decided to go to church at Staniel Cay, the closest island and town which houses only one Baptist Church!  The service was nice and full of joy but oh so long and we are not used to that…  Afterwards as we were walking out of church, we met a couple from the sailing vessel, the Sofia, whom we had chatted with at Royal Island when we first arrived at Eleuthera a few weeks prior.  Ann is from England and Jonathan originally from South Africa, they have literally sailed around the word and were on the last leg of their trip, going back to London.  We had a lovely Easter brunch with them and the Schuldt’s at the Staniel Cay Marina restaurant, talking about sailing and politics (it always come back to that). 

After lunch and not wanting to waste any time, Gary talked me into going snorkeling at Thunderball Grotto, which was the site of the 1965 James Bond movie “Thunderball”.  My back was feeling much better and truthfully felt even better in the water.  The cave is truly incredible with 3 entrances just under the surface of the water so it is necessary to dive under the rock to get in but within a couple feet, you find yourself inside this amazing cave with very high ceilings, and hundreds of fishes swimming in and out of the grotto.  Just outside the cave on the other side, there is a gorgeous reef that’s begging to be explored.  As much as I almost did not go with Gary, now I didn’t want to leave this wonderful place!

To finish the day, we met later at the beach for dinner with the full moon illuminating us. As we were laughing and exchanging jokes, another dinghy came up the beach with 3 people on board.  Debbie owned a house on Big Major but was going down to George Town to see the Regatta along with her adult son Matthew, and a friend Richard Trethewey, a regular cast member on the television show “This Old House”.   Kirt was familiar with the town where Debbie lived and had previously worked with the father of her son’s friend.  It’s so true that we live in a small world.

It was time to leave the next morning for Black Point Settlement, located on Great Guana Cay.  We did not want to linger at Black Point but one thing needed to be done:  laundry.  Ida’s laundromat is right on the water with easy access to cruisers with a dinghy dock.  She offers showers and studios for rent, has a few items for sale in her little store next door, and haircuts for the shagged sailors.  Next door to the laundromat, there is Lorraine’s café (Ida’s sister) and her mother’s house who bakes fresh Bahamas bread and coconut bread.  It is some of the best in the Bahamas and she has quite the reputation.  The coconut bread smelled divine and I could not resist.  While the clothes were drying, we walked down the main road, bought some well-deserved ice creams and chatted with the ladies that were weaving matts with silver palm leaves.  Before sunset, we went to the beach to enjoy a sundowner and Jussara and I went exploring while the boys relaxed on the beach.  After a good breakfast the next day, it was time to get back on the road, next stop Lee Stocking Island.

Biggest Mahi ever!

The Maracudja sailed along the coast beautifully while Gary put out his fishing poles.  Right out the inlet, he hooked a large barracuda again but then later he captured a big mahi mahi and a blue runner.  The Mahi is such a beautiful fish, it’s a shame to kill it but food we must have so it was quickly filleted and placed in the freezer.  The blue runner was quickly released back in the water as we are not fond of this fish.

To get into the anchorage at Lee Stocking, one must avoid reefs and sandbars on both sides of the boat.  It is not an easy task but using my boat’s Navionics and AquaMap on my phone, we made it safe and sounds but I was sweating bullets let me tell you.  Once inside though, it was calm, very pretty and we were the only boats there.  Jussara and Kirt both tried the paddle board and Jussara quickly got the hang of it and was soon paddling around like a pro. 

We woke up the next day, it was already April 25th and time to get to George Town, Great Exuma.  As usual, the Nova Jornada arrived at destination a couple of hours before us as they are motoring.  We have the option to sail and save our diesel but it is a slow process.  The wind was light and not appropriate for a direct sail so we had to tack a few times and that extended our trip to 35 nautical miles and 7.5 hours of sailing.  I was glad when we finally lowered the anchor, tired and hot, I couldn’t wait to get in the water and cool off.  We made it to our final destination and proud of ourselves, we enjoyed a sundowner while watching the sailing regatta unfold in front of us in Elizabeth Harbour. 

Nous avons quitté Rock Sound le 16 avril en direction des îles Exuma. Nous avons tellement entendu parler de ces iles et de la beauté de l’eau. Notre destination sera George Town, Great Exuma Island. Traverser le détroit d’Exuma, c’est comme traverser un océan de 40 miles entre Eleuthera et Exuma. Rappelez-vous que le Bahamas est un pays très vaste avec plus de 700 îles et que les îles Exuma constitues plus de 365 îles, appelées cayes. Certes, la plupart des îles sont très petites et la plus grande étant Great Exuma, à laquelle je reviendrai ultérieurement.

Après 6 heures de navigation, nous sommes arrivés à Highbourne Cay, la maison des méga yachts à Exumas. Je n’ai jamais vu autant de méga-yachts au même endroit, sauf au Fort Lauderdale ou au Miami Boat Show. Des yachts de toutes tailles et types, mais la plupart étaient des charters. Ils vont de $20 000 à $350 000 par semaine. Un yacht faisait 110 pieds de long; C’est 350K $ / semaine! Ils ont tous les jeux d’eau auxquels vous pouvez penser: jet-skis, jet-pack, glissade d’eau (du haut du bateau du 4ème étage), bateau de pêche sportive (c’est leur dériveur). La nuit, les bateaux sont illuminés avec une multitude de lumières sous-marines et au-dessus du pont (bleu, rouge, jaune) ce qui me rappellent des arbres de Noël tout illuminés! Je dois dire que c’était assez cool mais notre bateau ressemblait à un petit dériveur à côté de ces géants.

Notre première nuit à Highbourne a été extrêmement chaotique, entre le vent et le courant, notre bateau a changé de direction au milieu de la nuit, ce qui a déclenché les alarmes de l’ancre. Inutile de vous dire que nous n’avons pas beaucoup dormi cette nuit-là alors le lendemain, nous avons vite changés d’ancrage mieux abriter du vent et avec moins de courant. De notre nouvel emplacement, nous nous sommes dirigés vers un groupe de petites îles appelées Allan Cays et avons eu une agréable rencontre avec des iguanes terrestres. Il y plusieurs d’iguanes sur l’île et ils n’ont pas peur des humains. Bien qu’il soit découragé de les nourrir, les iguanes s’y attendent et peuvent être agressifs (un iguane attaque notre appareil photo pensait que c’était de la nourriture). Je gardais mes distances mais c’était intéressant de les voir si près du bord de l’eau.

Gary et moi aimons plonger en apnée dans de beaux récifs surtout non loin de notre bateau, et Highbourne ne nous a pas déçus.  Les récifs tout prêts regorgeaient de poissons, de gorgones et de coraux. J’ai repéré un mérou et Gary a été rapide à tirer dessus et il fera un très bon dîner le lendemain soir! Notre bateau copain, la Nova Jornada, nous a rejoints le lendemain et nous étions heureux de retrouver notre amie Jussara après un mois passé au Brésil pour aider sa mère qui avait subi une chirurgie à la hanche en urgence. Le lendemain, départ pour Norman Cay.

Norman Cay est un endroit intéressant. À la fin des années ‘70s, c’était le siège d’un des plus gros contrebandiers de drogue Carlos Lehder. Après que le gouvernement des Bahamas l’a récupérée, l’île a été vendue et est désormais privée et il y des panneaux d’intrusion affiché partout. En plus de ruines visibles du bord de l’eau, il y a un avion naufragé au milieu de la baie qui attire beaucoup de touristes et qui est très intéressant à plonger. Nous avons ancré Maracudja dans le canal mais le courant était très fort.  Notre bateau a “dansé” toute la nuit et nous sommes évadés tôt le lendemain matin.

Nous sommes arrivés à Warderick Wells, siège de Exuma Cays Land and Sea Park, un parc national des Bahamas. C’est vraiment trop beau lȧ et il y a plusieurs endroits dans le parc pour s’ancrer ou s’amarrer.  La météo prévoyait que le vent soufflerait très fort pendant les 3 prochains jours. Nous avons donc décidé de nous amarrer et d’attendre la tempête. Cependant, le jour de notre arrivée, le vent étant calme, j’ai rapidement mis ma paddle board dans l’eau et Jussara m’a rejoint à la plage en utilisant son kayak à fond transparent. Kirt et Gary nous ont rejoints plus tard et nous avons profité d’un après-midi fainéantise dans la mer, l’eau commençant enfin à se réchauffer un peu.

Le lendemain matin, nous voulions partir à la découverte de l’île mais j’ai décidé de faire une lessive avec mon petit seau et mes bons vieux muscles. Je ne comptais pas sur mon pauvre dos qui me laisserait tomber plus tard dans la journée. J’ai senti mes muscles dorsaux se tirer, mais je n’ai pu refuser de joindre le groupe alors qu’ils partaient visiter l’île. Nous avons beaucoup marché, perdant la trace du sentier de randonnée plusieurs fois mais le retrouvant a chaque fois plus tard. Nous avons marché jusqu’à la colline de Boo Boo Hill qui offre une vue spectaculaire sur l’île et ses environs. Il est de coutume de laisser une pancarte en bois portant le nom de son bateau au sommet de Boo Boo Hill. Nous n’avions donc pas l’intention de laisser cette coutume nous échapper et nous étions fiers de laisser notre signe parmi tous les autres (je sais, c’est dingue). Avec beaucoup de difficulté, je suis revenu au bateau. Les jours suivants ne furent pas du tout amusants pour moi. La rafale de vent nous a tombés dessus comme prévu et nous avons vécu l’un de nos pires moments aux Bahamas. Il faisait un temps magnifique mais le vent faisait Maracudja sauter comme un cheval sauvage. Mes muscles du dos étaient tout à fait rigides et j’avais très mal. Entrer et sortir du lit était un défi, y compris changer de position et Gary a dormi dans l’autre cabine, me donnant accès complet au lit. J’avais tellement mal que je devais mettre des oreillers devant et derrière moi pour m’empêcher de rouler avec les mouvements. Après deux nuits très inconfortables, nous sommes partis et pas un instant trop tôt. Notre objectif était d’arriver à George Town pour assister à la régate des Bahamas Family Islands qui devait se dérouler du mardi 23 au samedi 27 avril. Il nous restait encore 81 milles à parcourir, il n’y avait donc pas de temps à perdre!

Au cours de la navigation vers Staniel Cay, nous avons été surpris de voir à quel point la route était occupée avec un grand nombre de bateaux se dirigeant vers le sud et le nord; catamarans, chalutiers, monocoques, yachts et autres grands bateaux à moteur. Nous avons décidé avec Kirt et Jussara d’ancrer le bateau au nord de Big Major Cay, qui se trouve juste au-dessus de Staniel Cay et offre un mouillage plus grand et plus profond. N’ayant aucun intérêt à visiter Pig Beach, mais voulant aller à la plage, nous avons aperçu une petite plage à proximité du mouillage que nous avons appris plus tard s’appelait Cruisers’ Beach ou autres plaisanciers avaient laissé des chaises de plage, des kayaks, un hamac et des tables pour le plaisir des autres. Nous y avons rencontré d’autres couples qui naviguaient les Bahamas comme nous. Il y avait un couple avec 2 enfants d’école primaire qui étaient enseignés par leur parents, comme le sont la plupart des «enfants de bateau», ils retournaient aux États-Unis dans quelques jours. Un autre couple était canadien de la région de Toronto, et un autre couple américain avait exactement le même bateau que le nôtre et se rendait aux Îles Vierges américaines pour établir leur nouvelle résidence. Il est intéressant de rencontrer des croiseurs, d’où ils viennent et où ils vont.

Le lendemain matin, Dimanche de Pâques, nous sommes allés à l’église de Staniel Cay, l’île la plus proche et la ville qui abrite la seule église qui est Baptiste! Le service était agréable et plein de joie, mais tellement long…   A la sortie de l’église, nous avons rencontré un couple du voilier, le Sofia, avec qui nous avions discuté à Royal Island lorsque nous sommes arrivés au tout début à Eleuthera. Ann vient d’Angleterre et Jonathan est originaire d’Afrique du Sud. Ils ont littéralement navigué autour du monde dans leur bateau et étaient sur la dernière étape de leur voyage, retournant à Londres. Nous avons eu un bon brunch de Pâques avec eux et les Schuldt au restaurant de la Marina de Staniel Cay, pour parler de voile et de politique (ça revient toujours à ça).

Après le déjeuner et ne voulant pas perdre de temps, Gary m’a persuadé d’aller plonger à Thunderball Grotto, site du film «Thunderball» de James Bond, publié en 1965. La grotte est superbe avec 3 diffèrent point d’entrées juste sous la surface de l’eau mais très facile d’accès, et tout de suite vous vous retrouvez à l’intérieur de cette magnifique grotte avec de très hauts plafonds et des centaines de poissons nageant dans et hors de la grotte. Juste à l’extérieur de la grotte, de l’autre côté, il y a un très beau récif qui mérite d’être exploré et je ne souhaitais plus quitter cet endroit merveilleux! Pour finir la journée, nous nous sommes rencontres sur la plage pour le diner, la lune brillante et énorme nous illuminais.  Un dériveur a débarqué sur la plage avec 3 personnes à bord. Debbie possédait une maison sur Big Major mais se rendait à George Town pour voir la régate avec son fils adulte Matthew et un ami Richard Trethewey, membre régulier de l’émission de télévision «This Old House». Kirt connaissait bien la ville où vivait Debbie et avait déjà travaillé avec le père de l’ami de son fils Matthew. C’est tellement vrai que nous vivons dans un petit monde.

Le lendemain matin, il était temps de partir pour Black Point Settlement, situé à Great Guana Cay. Nous ne voulions pas nous attarder à Black Point, mais il restait une chose très importante à faire: la lessive. La laverie automatique d’Ida est un bâtiment moderne situé sur bord de l’eau offrant un accès facile aux bateaux de croisière avec un petit quai de dériveur. Elle propose des douches et des studios à louer, vends des souvenirs et autres nécessites dans son petit magasin ainsi que de couper les cheveux. À côté de la laverie, se trouvent le café de Lorraine (la sœur d’Ida) et la maison de sa mère qui tous les jours offre du pain tout chaud. C’est l’un des meilleurs des Bahamas et elle a toute une réputation. Le pain à la noix de coco sentait divin et je ne pouvais pas résister. Pendant que les vêtements étaient en train de sécher, nous avons marché le long de la rue principale, acheté des glaces bien méritées et avons discuté avec les femmes qui tissaient des nattes avec des feuilles de palmier argentées. Avant le coucher du soleil, nous nous sommes rencontres à la plage pour prendre une bonne marche avant de reprendre la route le lendemain matin.

Le Maracudja a magnifiquement navigué le long de la côte pendant que Gary sortait ses cannes à pêche. Dès la sortie de l’eau, il a de nouveau accroché une grande bécune, mais plus tard, il a capturé un gros mahi mahi et un coureur bleu. Le Mahi est un si beau poisson, c’est dommage de le tuer mais il faut manger, il a donc été rapidement coupé en filets et placé au congélateur. Le coureur bleu a été rapidement remis à l’eau car nous n’aimons pas ce poisson.

Le dernier arrêt avant George Town était Lee Stocking, mais pour arriver au mouillage, il faut bien éviter les récifs et les fonds blancs. Ce n’est pas une tâche facile, mais entre Navionics et AquaMap, nous y sommes bien arrives ; par contre je peux vous dire que je transpirais des balles ! Une fois parvenu, le mouillage était calme et nous étions les seuls bateaux.

Le lendemain, on était déjà au 25 avril et il était temps d’arriver à George Town, Great Exuma. Comme d’habitude, la Nova Jornada est arrivée bien avant nous. Le voilier nous donne la possibilité de naviguer avec les voiles et d’économiser notre diesel mais avec les doux vents, il nous a fallu de changer de bord plusieurs fois ce qui a prolongé notre voyage.  Finalement arrivé à destination et fier de nous, nous avons profité d’un beau coucher de soleil tout en regardant la régate se dérouler dans la baie.

Sailing to Eleuthera Island/ Naviguer vers Eleuthera

Sunday morning 6 am and it was still pitch-black outside, but we raised the anchor and rode south toward the pass to go into the ocean.  We had a 50-miles crossing to arrive at Eleuthera, the next island south.  Leaving in the dark is not something we like to do but we wanted to arrive at Royal Island Harbour before all the other boats as it is not a big anchorage and we wanted to be there before the next front’s arrival.  Lynyard Cay is the southernmost island of the Abacos and the pass while large is not something to undertake in rough conditions.  This was a good day and by the time we arrived at the pass, the sun was just starting to come up.  Sunrise on the water is always magical and I get this feeling of peace that comes over me!

It was a beautiful day; we had good winds and were able to sail most of the way.  We encountered several sailboats returning to the Abacos.  We raised the sail but also turned on the motor for the first five miles because the waves were quite large and we needed to stay on course, the wind being slightly to the front of us.  Gary was intent on catching fish so out came the fishing poles and low and behold he catches a fish, and a big one it was!  He fought the fish for a good 45 minutes before he realized that he had hooked a white marlin so not as big as a blue marlin but still at least 100 pounds, it was big and it was a long and hard fight for Gary to bring the fish to the boat and release it.  I felt so sorry for the marlin, it was such a beautiful animal!  Gary continued to fish and next caught a mahi mahi and then a blue runner which he also released.  The mahi was fileted quickly and placed in bags in the cooler.  We knew that we were going to have a great dinner, yeah!

We rounded a small island at the top of Eleuthera and went through a pass that looked very narrow and shallow but the depth meter read 12 ft so no problem there and then we saw another sailboat going through the pass, so we followed it.  We motored through the very narrow entrance to Royal Island Harbour framed by reefs on both sides and arrived in this large anchorage with almost 360 degree protection.  We stayed there for 2 nights waiting for a cold front (strong winds and rain) to pass through.  During that time, we went ashore to explore this small piece of land and learned about the history of this place.  It is said that this natural harbor was the first spot that Christopher Columbus set foot in the new world and it was also a refuge for pirates and privateer royalists during the American Revolution.  We enjoyed a nice walk on the island through the ruins of a house possibly dating back to the 1800’s.   In 2008 the land was purchased by 3 men:  Roger Staubach, formerly Dallas Cowboy quarterback, Jack Nicklaus, pro-golfer, and Alan Fuerstman, founder and CEO of Montage Hotels and Resorts. Plans are now underway to develop it to become a private resort and golf course.  Sadly, once the resort is up and running, most likely cruisers will no longer be able to anchor in the harbor.

Finally, Friday morning the 29th of March, the wind had calmed down quite a bit so by lunch time, we were underway.  Next stop was Spanish Wells.  I’m sad that I didn’t get to spend more time in this quaint little town and I really want to go back there.  The houses are so pretty with their shutters and gingerbread trim painted in lovely pastel colors and surrounded by neat and colorful gardens, the streets very narrow, just wide enough for just one car at a time. The island is small, and most tourists rent golf carts to get around.  We walked to the supermarket which was very nice and bought produce (everything is more expensive in the Bahamas but especially the produce) and other food items.  On the walk back to the waterfront, an older lady stopped her car and offered us a ride which we gladly accepted.  She proceeded to tell us that she was born on the island, same as her parents and grandparents!  People in the islands are exceedingly nice.

Saturday morning, we went back to Spanish Wells to take a water taxi that would take us across the bay to the rental car waiting for us. Mind you, this is all done on the fly: you talk to the store operator who calls a rental car company and confirm they will have a car for us the next day.  Then you’re told to take the water taxi at this very spot and on the other side of the bay, someone will bring you a rental car! They bring you a rental car so you’re not going to a local rental car office! The gentleman Tauren was waiting for us in a Honda Odyssey, cleaned the windshield with water from a bottle and his hand, had us sign some paper, took our money (cash only) and gave us the key.  This is a local operation folks, not Enterprise rent-a-car for sure!

 I was dying to see a place called Glass Window bridge and I was not disappointed!  It is awe-inspiring:  on the East side of the road, the Atlantic Ocean dark, wild and forceful, and the land impressive with high cliffs, unforgiving jagged edges and waves hitting the rocks with such forces, it created a 30 ft spray that rained on us as we stood watching mesmerized.  On the west side of the road, a peaceful, calm, gorgeous, crystal-clear water the color of light turquoise with white sand beaches.  The spot is called Glass Window Bridge because at one time it was a natural arch connecting both sides of the island.  When the waves hit the natural carved wall, the water goes through the opening and falls to the other side like a small waterfall.  After one of the many hurricanes, the arch broke and fell and a bridge was built to replace it.  This bridge (one lane only – so one car at a time for either direction) is however constantly in repair due to the harsh elements.

Queen’s Bath

Queen’s Bath
Queen’s Bath
Wave coming!

Not too far south, we stopped at Queen’s Bath.  Natural pools like that fill up with sea water from the wave action.  On good days, it is a great place to sit and enjoy a dip in one of the many pools.  But on day we visited, with Mother Ocean on a wild ride, the waves would hit the walls with such force that it pushed the waves into the pools with great pressure.  I watched as Gary attempted to swim in the pools but after a couple of the waves pushing him into the sharp rocks of the pools, he walked out.  Still it was very fascinating place to visit.  We continued south of the island and observed many abandoned silos along the road and later learned that a wealthy New England clothes maker named Arthur Levy had purchased thousands of acres to set up a poultry and dairy farm in 1936.  He imported cattle from his farm in Massachusetts and supplied, eggs, milk, and cheese to the Nassau market for decades.  In addition to agricultural facilities, the project created restaurants, stores, a yacht club and a power plant in Hatchet Bay.  Unfortunately, like many other projects undertaken in the Bahamas, governmental decisions in the 70’s closed this very profitable operation and caused the loss of hundreds of jobs for local Bahamians.  Much of the island is now populated with small townships of just a handful of homes, many looking in dire need of improvements either due to the aftermath of previous hurricanes or neglect.  We drove by small pineapple farms, large salt ponds, and amazing beaches finally arriving at Governor’s Harbour, which is the capital of Eleuthera.  We had a nice lunch under an Acacia tree (also called Woman Tongue tree in the Bahamas because of the sound the dried pods make rattling in the wind, LOL), , bought some souvenirs, walked the streets a bit, and it was time to head back. 

Preacher’s Cave

Back at the top of Eleuthera, we decided to visit Preacher’s Cave.  This cave was inhabited by the first settlers of the island who crashed their ship in 1648 on the nearby Devil’s Backbone reef, running from Bermuda to escape religious persecution.  The survivors lived in a cave of cathedral proportions and used it as a church complete with an altar.  The cave is immense! Interestingly, a DNA study of burial evidences in the cave has shown that descendants of the deceased are in the current Spanish Wells community!

Sapphire Blue Hole

Gary jumping into the Sapphire Blue Hole

Close to the cave, we found Sapphire Blue Hole which is a large hole of brackish water but no fish.  The water is the color of Sapphire, that deep blue and clear.  A knotted rope was attached to a tree and hanging in the pool so my daredevil husband decided to jump the 20 ft down and test the water.  Truth be told, I would have done it too if I thought that I could have come out of the hole.  Then it was time to return the car.  We parked the car near the waterfront, locked the keys inside, and just made it in time for the last water taxi of the day.  It was an exhausting day but full of adventures and surprises.

Bahamas water taxi

Tomorrow we are leaving Spanish Wells for another destination and that always makes me nervous and causes me to I have trouble sleeping. So I grabbed my comfy bed throw (yes it is chilly at nigh in the month of March) and a pad and laid down on the front deck of the boat. The night sky is amazing here and there are millions of stars shining down on us. If it’s not too cloudy, you can even see the milky way which I only see in Florida after a hurricane when there is no power, therefore no light pollution. Each star looks like a tiny flashlight in the sky, and within the span on one hour, I saw four shooting stars, how cool is that!

Dimanche matin 6 heures, dans une noirceur complète, nous avons levé l’ancre pour traverser la passe qui nous mènera dans l’océan. Nous avions une traversée de 50 miles à faire avant d’arriver à Eleuthera, la prochaine île dans le sud. Partir la nuit n’est pas ce que nous aimons faire mais nous voulions arriver à Royal Island Harbour avant les autres bateaux car ce n’est pas un grand mouillage et nous voulions être là avant l’arrivée du prochain front. Lynyard Cay est l’île la plus méridionale des Abacos et cette passe n’est pas à entreprendre dans des conditions difficiles. C’était une bonne journée et au moment où nous avons franchi la passe, le soleil commençait tout juste à se lever. Le lever du soleil sur l’eau est toujours magique et me donne un sentiment de paix qui me touche à chaque fois !

C’était une belle journée ; nous avions un bon vent et avons pu naviguer avec les voiles presque tout le trajet. Nous avons entrecroisé plusieurs voiliers revenant aux Abacos. Les cinq premiers miles, nous avons également utilisé le moteur, car les vagues étaient assez grosses et nous devions rester sur la bonne route, le vent étant légèrement à l’avant du voilier. Gary était déterminé à attraper un poisson, alors les cannes à pêche sont sorties et voilà qu’il attrape un poisson, et un gros en plus! Il lutta pendant 45 bonnes minutes avant de se rendre compte qu’il avait accroché un marlin blanc ; pas aussi gros qu’un marlin bleu mais il devait peser au moins 100 livres.  C’est quand même gros et ce fut un combat long et difficile pour Gary de mener le poisson au bateau et de le relâcher. J’étais vraiment désolé pour le marlin, c’est un si bel animal ! Gary continua à pêcher et attrapa ensuite une belle dorade puis un ‘blue runner’ qu’il libéra également. Il a rapidement fileté la dorade.  Nous savions que nous allions avoir un bon dîner, yeah!

Nous avons contourné une petite île au sommet d’Eleuthera et avons traversé une passe qui semblait très étroite et peu profonde, mais l’échosondeur indiquait 12 pieds de profondeur, donc pas de problème ! Puis nous avons vu un autre voilier traverser la passe et nous l’avons suivie. Nous avons traversé l’entrée très étroite du port de Royal Island encadrée par des récifs des deux côtés et sommes arrivés dans un grand mouillage offrant une protection de presque 360 ​​degrés. Nous y avons passé 2 nuits en attendant qu’un front passe. Pendant ce temps, nous avons débarqué pour explorer ce petit bout de terre et en apprendre plus sur l’histoire de cet endroit. On raconte que ce port naturel a été le premier endroit où Christophe Colomb a mis les pieds dans le nouveau monde et que c’était également un refuge pour les pirates et les corsaires royalistes pendant la Révolution américaine. Nous avons profité d’une promenade agréable sur l’île et avons visité les ruines d’une maison datant probablement du XIXe siècle. En 2008, le terrain a été acheté par 3 hommes : Roger Staubach, ancien quarterback des Dallas Cowboy ; Jack Nicklaus, pro-golfeur ; et Alan Fuerstman, fondateur et PDG de Montage Hotels and Resorts. Des projets sont en cours pour développer le petit ilot afin de devenir un complexe privé et un parcours de golf. Malheureusement, une fois le complexe opérationnel, les plaisanciers ne seront probablement plus en mesure de jeter l’ancre dans le port.

Finalement, le vendredi matin 29 mars, le vent s’est calmé un peu, donc à midi, nous étions en route. Le prochain arrêt était Spanish Wells. Je suis chagriné de ne pas être rester plus longtemps dans cette petite ville pittoresque et je veux vraiment y retourner. Les maisons sont si jolies avec leurs volets et moulures en dentelles, peintes en jolies couleurs pastel et entourées de beaux jardins colorés, les rues y sont très étroites et assez larges pour juste une voiture. L’île est petite et la plupart des touristes y louent des voiturettes de golf pour se déplacer. Nous avons marché jusqu’au supermarché et avons acheté des fruits et légumes (tout est plus cher aux Bahamas mais surtout les produit agricultures) et autres produits alimentaires. De retour sur le bord de mer, une dame âgée nous a proposé de nous ramener au dinghy ce que nous avons volontiers accepté. Elle nous a dit qu’elle était née sur cette île, tout comme ses parents et ses grands-parents!

Samedi matin, nous sommes retournés à Spanish Wells pour prendre le bateau-taxi qui nous conduirait à travers la baie jusqu’à une voiture de location qui nous attendait. Remarquez que tout se fait à la volée: vous parlez à au clerc du magasin qui appelle la société de location de voitures et vous confirme qu’il y aura une voiture disponible le lendemain. Ensuite, on vous dit de prendre le bateau-taxi à cet endroit même et de l’autre côté de la baie, quelqu’un vous apportera une voiture de location! Ils vous amènent la voiture de location plutôt que vous vous rendiez dans un bureau de location! Le monsieur Tauren nous attendait dans une Honda Odyssey, nettoyat le pare-brise avec de l’eau d’une bouteille avec sa main, nous a fait signer un papier, a pris notre argent (en espèces seulement) et nous a donné la clé. Il s’agit d’une opération locale, et non Entreprise Rent-A-Car c’est certain!

Je mourais d’envie de voir un endroit appelé Glass Window Bridge et je n’ai pas été déçu! C’est impressionnant : du côté Est de la route, l’océan Atlantique sombre, sauvage et puissant, entoure de hautes falaises, ses bords déchiquetés, impitoyables avec des vagues qui frappent les rochers avec une force telle que cela générai un jet de fine pluie de plus de 10 mètres alors que nous restions hypotonisé.  Sur le côté ouest de la route, une eau calme, cristalline et magnifique, de couleur turquoise pâle entouré des plages de sable blanc. On l’appelle Glass Window Bridge car jadis, il s’agissait d’une arche naturelle reliant les deux bouts de l’île. Lorsque les vagues frappent le mur naturel sculpté, l’eau passe dans le trou crée et tombe de l’autre côté comme une petite cascade. Après l’un des nombreux ouragans, l’arche s’est rompue et est tombée et un pont la remplacer. Ce pont (une voie seulement – donc une voiture à la fois dans les deux sens) est cependant constamment en réparation à cause des éléments.

Pas trop loin de la, nous nous sommes arrêtés à Queen’s Bath qui est composé de piscines naturelles formés dans la roche et se remplissent d’eau de mer avec l’action des vagues. En beaux temps, c’est un endroit idéal pour s’asseoir et profiter d’une baignade dans l’une des nombreuses piscines. Mais le jour de notre visite, la mer qui se déchainait et les vagues frappaient les murs avec une force telle qu’elles entraient dans les piscines avec une grande pression. Je regardais Gary essayant de nager dans les piscines, mais après que quelques vagues l’ai poussé dans les rochers escarpés des piscines, il sortit. C’est un endroit très captivant à visiter. Nous continuâmes vers le sud de l’île et observâmes de nombreux silos abandonnés le long de la route. Nous apprîmes plus tard qu’un riche fabricant de vêtements, Arthur Levy, né en Nouvelle-Angleterre, avait acheté des milliers d’acres pour mettre en place une ferme avicole et laitière en 1936. Il importa du bétail de sa ferme à Massachusetts et fournit des œufs, du lait et du fromage au marché de Nassau pendant des décennies. Outre des installations agricoles, le projet a créé des restaurants, des magasins, un club de yacht et une centrale électrique à Hatchet Bay. Malheureusement, à l’instar de nombreux autres projets entrepris aux Bahamas, les décisions prises par les gouvernements dans les années 70 ont mis fin à cette opération très rentable et ont entraîné la perte de centaines d’emplois pour les Bahamiens locaux. Une grande partie de l’île est maintenant peuplée de petites agglomérations urbaines comprenant une poignée de maisons, beaucoup ayant besoin d’améliorations semblablement due aux dégâts causes par des ouragans précédents ou de négligence. Nous avons aperçu des petites fermes d’ananas, de grands étangs salés et des superbes plages avant de finalement arriver à Governor’s Harbour, la capitale d’Eleuthera. Nous avons mangé un bon repas, acheté des souvenirs, marché un peu dans les rues et il était temps de rentrer.

De retour au sommet d’Eleuthera, nous avons décidé de visiter Preacher Cave. Cette grotte a été habitée par les premiers colons de l’île qui se sont échoues en 1648 sur le récif Devil’s Backbone situé à proximité, fuyant les Bermudes pour échapper à la persécution religieuse. Les survivants on vécut dans une grotte aux proportions cathédrales et l’utilisaient comme église y comprenant un autel. La grotte est immense! Fait intéressant, une étude ADN des preuves de sépulture dans la grotte a montré que les descendants des défunts vivent dans la communauté de Spanish Wells!

Tout près de la grotte, nous avons trouvé Saphire Blue Hole, un grand trou d’eau de couleur du saphire, un bleu très fonce mais on voyait que l’eau était claire. Une corde en noueux était attachée à un arbre et suspendue dans la piscine, alors mon mari casse-cou a décidé de sauter le 20 pieds de hauteur pour tester l’eau. À vrai dire, je l’aurais fait aussi si je croyais pouvoir sortir du trou. Il était temps de rendre la voiture :  Nous l’avons garé près du front de mer, avons verrouillés les clés à l’intérieur et sommes arrivés juste à temps pour prendre le dernier bateau-taxi de la journée. Ce fut une journée épuisante mais pleine d’aventures et de surprises.

Demain, nous quittons Spanish Wells pour une autre destination et cela me rend toujours nerveuse et me cause des difficultés pour dormir. J’ai donc pris ma couette de lit bien chaude (oui, il fait froid la nuit au mois de mars) et un coussin, puis je me suis couché sur le pont avant du bateau. Le ciel nocturne est incroyable ici et des millions d’étoiles brillent sur nous. Si ce n’est pas trop nuageux, on peut même voir la voie lactée que je ne vois en Floride qu’après un cyclone si il n’y a pas d’électricité, donc pas de pollution lumineuse. Chaque étoile ressemble à une minuscule lampe de poche dans le ciel et, en l’espace d’une heure, j’ai vu quatre étoiles filantes, c’est vraiment cool!

Down the Coast of Eleuthera/La Cote de l’Ile Eleuthera

There is so much to say about Eleuthera; it’s the Bahamas but very different than what we come to expect.  Let me explain:  first the beaches are so beautiful, with sand so fine it is like powder on your skin.  There is also talk about pink beaches which I was anxious to see but I did not really find except with my sunglasses!  I was told Royal Harbour is the place to go for pink sand but it was not part of our journey.  Regardless, the beaches are miles long without a trace of human existence.   The color of the water is indescribable with all its hues of blues so whatever I say will not give it justice!  Another thing I really liked about this island is that it seems it has not been touched much by development and modernization, and that to me is an attraction.  However, I feel for the people here because development would mean more job opportunities and this is to me the best part, the people of Eleuthera are the nicest I have met.  From the children walking by, to the store clerk who welcomes you in and engages in an hour-long conversation, to the drivers waving as they pass by.  We have been charmed by their generosity and how welcoming they are. This is a family island and you realize it talking to the natives.

We left Spanish Wells to go through Current Cut and continue down to Eleuthera.  Current Cut is a very narrow channel between Eleuthera and Current Island and the quickest route down Eleuthera, unless you want to go around miles of sand banks and reefs.  The water flows extremely fast in the channel with tides up to 10 knots and it should be undertaken at slack tides for sailboats and slower boats.  In addition, because of the size of the channel, only one boat at a time can go through so sometimes, boats wait in line and wait their turn.  Once through the cut, it should have taken us about one hour to get to the Glass Window Bridge anchorage.  However, even at depth of 15 feet, the water was so crystal clear, without any wind and hardly a ripple in the water, sea fans and corals could be viewed down below. Being the last day of lobster season, Gary was determined to catch a few.  He donned mask and fins, grabbed the ladder of the boat, and jumped in the water holding on and watching for any sea life while I drove the boat to our destination at a super slow speed.  Unfortunately, he saw nothing worth spearing and the only thing he caught with the fishing pole was the usual large barracuda!

Glass Window Bridge

Finally, two hours later we arrived at the Glass Window Bridge anchorage.  I couldn’t wait to get in the clear water so we pumped the paddleboard and I paddled in the beautiful and calm sea, while Gary decided it was time to scrub the green moss off the bottom of the boat.  After a while, he met me with the dinghy and we spent the rest of the afternoon snorkeling and looking for lobsters.  The water was starting to warm up a bit.  We saw plenty of baby lobsters but none of decent size.  We passed by Glass Window and it was even prettier seen from the water.  We were on the Bahamas side, rather than the Atlantic side and as the waves came from the Atlantic side and hit the cliffs, it would gently cascade over the opening and spill into the sea.

The next day we moved the boat slightly to the south near a snorkeling spot called Mutton Fish Point.  The wind had picked up and the water was a bit choppy but I was determined to go paddle boarding.  So, I got on my knees and paddled to a tiny crescent beach lined up with coconut trees, a manicured lawn, and a house hidden beneath the trees.  I did not want to trespass so I did not stay long.  I later learned that the house belonged to Lenny Kravits whose mother was of Bahamian descent.  Back on the Maracudja, we took the dinghy back to the beach by Queen’s Bath which is just south of Glass Window and walked up the trail to the road and across to Queen’s Bath.  This was a great day for swimming in the pools; the wind was much calmer than the first time we had visited and the waves were not so formidable, creating a gentle splash into the pools allowing us to lounge and relax in the water.  It was very enjoyable!   We left and picked up Kirt to go snorkel Mutton Fish Point.  We had seen some amazing reefs there and we were not disappointed.  The rocks almost reached the surface of the water, hundreds of purple sea fans and corals covered them, fishes of all colors were swimming in and out of the rocks and we were just having a great time.  While I was piloting the dinghy, Kirt spotted a large lion fish that Gary speared and brought back in.  It made for excellent fish tacos later!

The next morning, we decided to clean the freezer as ice was starting to accumulate and a good thing, we did it then.  We found lots of sausages and some pork chops that were defrosted and needed to be cooked immediately.  We cleaned the freezer than put everything back in, this time with an empty container at the bottom to create space for cold air to circulate.

A front was predicted to arrive in a couple of days so we left for Hatchet Bay further south.  Hatchet Bay provides 360-degree protection and is a fantastic hurricane hole.  However, the entrance to the bay is extremely narrow with reefs on both sides of the opening.  We entered cautiously seeing the jagged cliffs on both sides of the sailboat but relaxed when we realized there was plenty of depth and no current to speak of.  After anchoring, we took off to explore Alice Town nearby.  Labeled as a typical Bahamian village it had more of a vibe of village touched by a downturn in the economy.  Having suffered from recent hurricanes many buildings and homes were delapidated and some need a lot of TLC.  The people seemed friendly enough though, and children looked very sharp in their school uniforms having just been dropped off by the school bus.  We walked a bit around town and went back to the boat to prepare a smorgasbord.  What we did not eat that night, went back in the freezer. The next morning, I woke up to a cacophony of roosters crowing!  I love to be awakened by roosters in the morning as it reminds me of the Caribbean but it sounded like a thousand roosters were competing as to who could do it best and loudest! After just one night at Hatchet Bay, it was decided that since the front had dissipated, we would go continue south to Alabaster Bay.  Nova Jornada left first and we followed suit but we sail while Kirt motors.  He radioed us to notify us we were passing the bay but Gary reassured him that we were simply sailing and needed to tack south of the bay.

Alabaster Bay is one long couple of miles white and sandy beach where you can find lots of sea shells low tide.  A private resort by the name of Cocodimama is located right in the middle of the beach.  The beach is public so boats can anchor and people can drive to the beach and swim but no one is allowed on the resort property. At low tide, the beach recedes way back leaving a shallow area for children and dogs to run around in the water.  We had some difficulties to anchor there as the bottom is hard rock and there is not much sand but after a couple of try and backing hard, the anchor finally dug in.  I learned that there is an abandoned US navy base in about 2 miles walk so Gary and I took off walking along Queen’s Highway and through the woods.  It is kind of spooky to walk along the abandoned barracks.  The rooms seemed quite large and we estimated that approximately 200 men were stationed there.  In the 50’s the base provided sound surveillance system to locate Russians submarines and track missiles and satellites launched at Cape Canaveral, in Florida.  The base was later closed in 1980 and all the equipment abandoned, left to deteriorate in the harsh tropical climate.  New satellite and other technologies made the place obsolete so it was left abandoned.  The Bahamas profited from this by getting a huge runway and this is now an international airport site.

From Instagram, I realized that a couple sailors that we follow on Youtube were anchored closed by so I contacted them and we went to say hi.  Ben, Tamby, and their little girl Molly are travelling on their Endeavor 32 sailboat from Georgia.  They came early on from Fort Lauderdale through the Berry Islands and are now on their way back to the Abacos before heading back to Florida.  We enjoyed talking to them very much and exchanging stories.  They put out excellent videos and Ben has a great sense of humor which is very evident in the videos.  Molly named their boat Sandflea, isn’t that the cutest thing?   Their video series is called Sailing Stories so check them out on Youtube.

Il y a tant à dire sur Eleuthera; Les iles des Bahamas sont très différentes de ce à quoi nous nous attendons. Laissez-moi vous expliquer: d’abord les plages sont si belles, avec du sable si fin que c’est comme de la poudre sur votre peau. On parle aussi de plages roses que j’avais hâte de voir mais que je n’ai vraiment trouvé sauf avec mes lunettes de soleil! On m’a dit que Royal Harbour était l’endroit où aller pour le sable rose, mais cela ne faisait pas partie de notre voyage. Quoi qu’il en soit, les plages font des kilomètres de long sans aucune trace humaine. La couleur de l’eau est indescriptible avec toutes ses teintes de blues, alors quoi que je dise ne lui rendra pas justice! Une autre chose qui m’a beaucoup plu à propos de cette île, c’est qu’il semble que le développement et la modernisation ne l’ont pas beaucoup touchée. C’est pour moi une attraction. Cependant, je pense que plus de développement signifierai plus d’emplois. Mais le meilleur pour moi est que les gens d’Eleuthera sont les plus gentils que j’ai rencontrés jusqu’à présent. Depuis les enfants qui jouent dehors, au commis du magasin qui vous accueille et s’engage dans une conversation de plus d’une heure, aux chauffeurs qui disent bonjour d’un signe de main. Nous avons été charmés par leur générosité et par leur accueil. C’est une île familiale et vous vous en rendez compte quand vous parlez aux locaux.

Nous avons mis la voile à Spanish Wells pour traverser Current Cut et continuer jusqu’à Eleuthera. Current Cut est un canal très étroit entre Eleuthera et Current Island mais la voie la plus rapide qui mène à Eleuthera, à moins que vous ne souhaitiez contourner des kilomètres de bancs de sable et de récifs. L’eau coule extrêmement vite dans le passage avec un flot allant jusqu’à 10 nœuds et devrait être passé à préférence à marée basse pour les voiliers et les bateaux moins rapides. De plus, en raison de la taille du canal, seulement un seul bateau à la fois peut y passer, de sorte que parfois, les bateaux font la queue et attendent leur tour. Une fois passé, il nous aurait fallu environ une heure pour nous rendre à l’ancrage de Glass Window Bridge ; cependant, même à une profondeur de 15 pieds, l’eau était si limpide, sans vent et avec à peine une ondulation dans l’eau que les gorgones et les coraux pouvaient être vus clair depuis le bateau. Étant le dernier jour de la saison de langouste, Gary était déterminé à en attraper quelques-uns. Il a enfilé un masque, ses palmes, a saisi l’échelle du bateau et a sauté dans l’eau en s’accrochant à la recherche de vie marine pendant que je conduisais le bateau à une vitesse très lente. Malheureusement, il n’a rien vu qui vaille la peine d’être harponné et la seule chose qu’il a attrapée avec la canne à pêche est le grand barracuda comme d’habitude!

Deux heures plus tard, nous sommes finalement arrivés à l’ancrage. Je me faisais une fête de me baigner dans cette eau limpide, nous avons donc pompé la paddle board et j’ai pagayé dans une mer d’huile, tandis que Gary a décidé qu’il était temps de nettoyer la mousse verte qui s’était formé sur la coque du bateau. Après un moment, il m’a rencontré avec le petit hors-bords et nous avons passé le reste de l’après-midi à faire de la plongée. L’eau commençait à se réchauffer un peu finalement. Nous avons vu beaucoup de bébés homards, mais aucun de taille décente. Nous sommes passés devant Glass Window et c’était encore plus joli vu de l’eau. Nous étions du côté des Bahamas plutôt que du côté de l’Atlantique et lorsque les vagues venaient du côté de l’Atlantique et frappaient les falaises, elles se déportaient doucement par l’ouverture et se déversaient dans la mer.

Le lendemain, nous avons déplacé le bateau légèrement vers le sud, près d’un site de plongée en apnée appelé Mutton Fish Point. Le vent s’était levé et l’eau était un peu agitée, mais j’étais déterminée à faire de la paddle board ; je me suis mis a genou et j’ai ramé jusqu’à une petite plage bordée de cocotiers, une pelouse impeccable et une maison cachée sous les arbres. Je n’avais pas envie d’intrusion alors je ne suis pas resté longtemps. J’ai appris par la suite que la maison appartenait à Lenny Kravits, dont la mère était d’origine bahamienne. De retour sur Maracudja, nous avons ramené le deriveur à la plage, près de Queen’s Bath, qui se trouve juste au sud de Glass Window, et avons suivi le chemin menant à la route de Queen’s Bath. Ce fut une excellente journée pour se tremper dans les piscines; le vent était beaucoup plus calme que la première fois que nous avions visitée l’endroit et les vagues n’étaient pas si formidables, créant un léger jet d’eau dans les piscines nous permettant de nous détendre et de nous détendre dans l’eau. C’était très agréable! Plus tard, nous aller faire de la plongée a Mutton Fish Point. Il y a des récifs super beau là. Les roches atteignent la surface de l’eau, des centaines de gorgones violettes et de coraux les couvrent, des poissons de toutes couleurs nageaient autour des roches et nous nous y avons passer un beau moment. Kirt a repéré un gros poisson-lion que Gary a attrapé et qui a fait d’excellent tacos pour le dinner!

Le lendemain matin, nous avons décidé de nettoyer le congélateur car la glace commençait à s’accumuler et une bonne chose, nous l’avons fait immédiatement. Nous avons trouvé un paquet de saucisses et des côtelettes de porc entièrement décongelées et qui devaient être cuites tout de suite. Nous avons nettoyé le congélateur avant de tout remettre en place, cette fois-ci avec un récipient vide dans le bas pour permettre à l’air froid de circuler.

Un front devait arriver dans quelques jours, nous sommes donc partis vers la baie de Hatchet. Hatchet Bay offre une protection à 360 degrés et constitue un fantastique abri pendant un cyclone. Cependant, l’entrée de la baie est extrêmement étroite avec des récifs des deux côtés de l’entrée. Nous y avons pénétré avec prudence en voyant les falaises déchiquetées des deux côtés du voilier, mais nous nous sommes détendus lorsque nous nous sommes rendu compte qu’il y avait beaucoup de profondeur et pas de courant à vraiment dire. Après avoir jeté l’ancre, nous sommes partis explorer Alice Town à proximité. Considéré comme un village typique des Bahamas, il avait davantage l’ambiance d’avoir été touché par un ralentissement de l’économie. Ayant souffert récemment de cyclones, de nombreux bâtiments et maisons ont été délabrés et certains ont besoin de beaucoup de réparation. Les gens semblaient pourtant assez amicaux, et les enfants avaient l’air très vif dans leurs uniformes scolaires, suite à l’arrive du bus scolaire. Nous sommes retournés au bateau pour préparer un smorgasbord. Ce que nous n’avons pas mangé cette nuit-là est retourné au congélateur. Le lendemain matin, je me suis fait réveiller par une cacophonie : il devait être des centaines de coqs qui chantaient et annoncer le lever du soleir! J’aime être réveillé par les coqs le matin car cela me rappelle les Caraïbes, mais on aurait dit qu’ils se disputaient pour savoir qui pourrait le faire le mieux et le plus fort!

Après seulement une nuit à Hatchet Bay, il a été décidé que puisque le front s’était dissipé, et nous allions continuer au sud vers Alabaster Bay. Nova Jornada est parti d’abord et nous avons suivis, mais nous naviguons en voile pendant que la Nova navigue bien plus vite avec moteurs. Kirt nous a contacté par radio pour nous informer que nous passions la baie mais Gary l’a assuré que nous naviguions avec la voile simplement et que nous devions virer de bord au sud de la baie. Alabaster Bay est une longue plage de sable blanc ou l’on peut trouver plein de coquillage a la marée basse. Un complexe privé du nom de Cocodimama est situé en plein milieu de la plage mais la plage est reste publique et les bateaux puissent y ancres et les gens se rendre à la plage mais personne n’est autorisé à séjourner sur le site du complexe. À marée basse, la plage recule, laissant une zone peu profonde pour les enfants et les chiens qui s’amuse à courir dans l’eau. Nous avons eu quelques difficultés à ancrer car le fond est en roche dure et il n’y a pas beaucoup de sable, mais après quelques essais et recul, l’ancre s’est finalement accrochée. J’ai appris qu’une base de la marine américaine avait été abandonnée à environ 3 km de marche. Gary et moi avons pris la route le long de Queen’s Highway et à travers les bois. C’est un peu nerveux de marcher près des casernes abandonnées. Les pièces semblaient assez grandes et on estimait environ 200 hommes y était stationnés. Dans les années 50, la base offrait un système de surveillance sonore permettant de localiser les sous-marins russes et de suivre les missiles et satellites lancés à Cape Canaveral, en Floride. La base a fermée en 1980 et tout l’équipement a été abandonné, ce qui l’a laissé se détériorer sous le climat tropical. De nouveaux satellites et d’autres technologies ont rendu l’endroit obsolète. Les Bahamas en ont profité en obtenant une immense piste d’atterrissage et en ont fait un aéroport international.

Sur Instagram, je me suis rendu compte que quelques marins que nous suivons sur Youtube étaient ancrés tout près, alors je les ai contactés et nous sommes allés leur dire bonjour. Ben, Tamby et leur petite fille Molly viennent de la Géorgie sur leur voilier Endeavour 32. Ils sont arrivés en Février depuis Fort Lauderdale et en passant par les îles Berry et sont maintenant sur le chemin du retour vers les Abacos avant de rentrer en Floride. Nous avons beaucoup aimé leur parler et échanger des anecdotes. Ils conçoivent d’excellent vidéos et Ben a un sens d’humour qui est très évident dans les vidéos. Molly a surnommé leur bateau Sandflea (qui veut dire Petite Puce), n’est-ce pas mignon? Leur série vidéo s’appelle Sailing Stories, alors jetez-y un coup d’œil sur Youtube.

A VISIT TO THE ABACOS IS A MUST/ UNE VISITE AUX ABACOS EST UN MUST

Powell Cay is a beautiful island that is kept in pristine state and has no human development on it.  The island is being used as a picnic spot and probably for a few overnight parties by the looks of the bottles left in makeshift garbage littered around.  I don’t understand people!  Why can’t they take their garbage with them?  I’m sure someone comes occasionally to pick up the trash, probably from a neighboring island, but it would be a much nicer place if they respected the place. 

The boys had fun snorkeling a couple times despite the cold water and supplied us with lobsters and snappers which make for yummy dinners.   There are a couple trails on Powell Cay that are fun to hike and take you to the Atlantic side of the island. To mark the trail, someone hung all kinds of junk in the trees and on bushes to mark the way.  It’s kind of funny except, I’m reminded that all these items have been washed onto shores from previous storms (fishing markers, plastic bottles, even flip flops lol).  Powell Cay beaches are amazingly long with white powdery sand.  The reefs are close to shore and it would be interesting to snorkel here but that would be for another time.  I love Powell Cay, I could stay here for days!!!

We had planned on going to Manjack Cay, the next island south, but this was Friday, and we heard on the weather channel that a front would arrive Monday night and we needed to go through the Whale Cay channel in good weather.  It is known to be treacherous in bad weather, and never having gone through it, we did not want to get into any trouble.  In addition, pretty much every store on Green Turtle Cay would be closed on Sunday and I needed a sim card for my phone, so Saturday morning, on to Green Turtle we went. 

Just like last year, we anchored right off Bluff House Resort and Marina beach; it’s a great little bay next to a channel and can be rocky from wakes of the boats going into it, but by late afternoon, everyone is home and the rockiness ends.  We prefer to stay away from boat congestion weather permitting and this anchorage has a lot of boats on anchor and on moorings.  Hopping into the dinghy, we motored over to the New Plymouth’s dock, the main town in Green Turtle Cay.  From what I gather, New Plymouth (like most of the Bahamian islands) was established by Loyalists after the American Revolution who pledged allegiance to the King.  Along with the whites, free blacks and former American slaves followed along, afraid that if they remained in the United States, they would be enslaved again since abolition had not yet been established in the US.   Today, many of the residents can trace their roots back to these first settlers.  Walking though the small streets of New Plymouth is like a walk-through history; the architecture is a living testimony to a New England fishing village but painted in those now familiar Bahamian colors.

Guana Cay was our next stop and we set anchor in Fishers Bay.  The walk to Nipper’s bar was quick and unexpectedly we arrived at this most beautiful spot:  Overlooking the Atlantic Ocean with reefs close to shores ready to be explored and an easy swim from shores too!  The crystal clear water was a lovely turquoise and indigo color and I can’t believe I did not take pictures, but we had planned on returning the next day with the paddleboard and the snorkeling equipment.  Every Sundays, Nippers hold a wild boar BBQ and is crowded with young and old. We did notice most of the patrons were young, and it dawned on us that this was Spring Break, and these were college students; there was music, and people were dancing and having a good old time.  How carefree they looked, how beautiful!  They reminded me of my sons, niece, and nephews – the next generation.  We are now grandparents and as much as I want to fondly remember those years, I am not 20 anymore! Let the young ones have fun, it’s their time.

Somehow, Gary and I managed to blow up the paddleboard on the deck of the Maracudja.  I say that because we almost fell overboard a couple of times and laughed an awful lot (could have been the drinks from Nippers) but we managed.  First, he used the battery-operated pump to get it pumped up as much as possible before using the paddleboard pump.  However, he could not remember where he put it so we used the dinghy foot pump and let me tell you, it’s not easy at least not for me:  Every 2-3 pump, I would have to switch leg, who needs a workout when you use these?  The both of us took turn doing this but we had to hold on to each other for fear of falling overboard.  Thank goodness Gary remembered where the good pump was and it was so much easier but I have no upper strength (especially since I was laughing so hard), so Gary put his hands on my shoulders and would help me push the lever down (now I know why my neck hurt the next day).

By the time we were done, it was too late to go back to the beach.  Tomorrow, we said, tomorrow. But as we woke up on Monday morning, the sky was gray, and we needed to get into Marsh Harbour to take shelter from an upcoming cold front and to get the Sim card I still had not been able to buy.  Marsh Harbour is in the shape of a U, so there is protection from 3 different directions and not much waves.  When we arrived though, we almost turned around!  There were so many boats, it was unnerving plus being our first time there, we are not familiar with the harbor’s depth.  Somehow, we managed to find a spot in between several boats and the Nova Jornada right behind us. 

After the storm went through, we rented a car and toured Great Abaco island.  It is very long and not much in between the towns.  Little Harbour is a quaint little spot with few boats in there and the famous Pete’s Pub.  A must see and do!  There is also a bronze foundry and museum to visit much too expensive for my wallet) but nice to look at.  Take a walk to the now destroyed lighthouse, it is quite a lookout point.  We also drove to Treasure Cay; our second time in almost 36 years, the first for our honeymoon.  Wow, how time flies. 

Pete’s Pub at Little Harbour

After 4 nights at Marsh Harbour, it was time to go and we sailed off in the direction of Hope Town, Elbow Cay.  Hope Town has a lighthouse dating back to 1864 and is one of the last remaining kerosene lighthouse in the world, still manually wound every two hours. The 19th century system operates without electricity to this day.  You can climb all 101 steps to the top and take in the wonderful surroundings.   The boys agreed to rent bicycles over a golf cart (big mistake) and we biked around the island: First we explored Hope Town, which is this delightful town who is keeping its old charm character.  No cars are authorized in the town apart from the garbage truck which is a miniature version of our American ones due to the narrowness of the streets.  We then decided to explore the rest of the island but after climbing the third hill, I realized that we bit off way more than we could chew.  The island is only 3 ½ miles long but you’d better have good legs climbing its hills.  We made it to the end at Tahiti Beach, great long sand bar, famous for kite surfing, had a drink at the floating bar, and rested a while in the water before embarking for the return trip.  By the time we arrived back at the bike shop, the attendant told us we did 10 miles!  No wonder my legs felt like rubber.  I would feel that the next day!!!

Can’t complain about the view from the laudromat

Sunday morning, it was time to move on and get set for the next leg of the journey:  down to Lynyard Cay which would be our staging point before a 50 miles ocean crossing to Eleuthera.

A mastfoil catamaran. Those masts use foils like an airplane instead of sails. Pretty cool heh?

Powell Cay est une belle île qui est à l’état vierge sans aucun développement humain. L’île est utilisée comme lieu de pique-nique et certainement un lieu de party de temps en temps en raison de l’apparence des bouteilles laissées dans des ordures improvisées. Je ne comprends pas les gens! Pourquoi ne peuvent-ils pas ramener leurs déchets avec eux? Je suis sûr que quelqu’un vient parfois ramasser les ordures, probablement d’une île voisine, mais ce serait un endroit beaucoup plus agréable si les gens respectaient cet endroit.

Les hommes se sont bien amusés à faire de la plongée en apnée plusieurs fois en dépit de l’eau glacée et nous ont fourni des langoustes et des vivaneaux pour des délicieux dîners. Il y a quelques sentiers sur Powell Cay qui vous emmène sur la côte atlantique de l’île. Pour marquer le sentier, quelqu’un a suspendu toutes sortes de déchets dans les arbres et sur des arbustes pour indiquer le chemin. C’est un peu marrant, sauf quand je me rappelle que tous ces objets sont arrivés ici par des tempêtes précédentes (flotteurs de pêche, bouteilles en plastique, et même des tongs, lol). Les plages de Powell Cay sont incroyablement longues avec du sable blanc poudreux. Les récifs sont proches du rivage et il serait intéressant de plonger ici mais ce serait pour une autre fois. J’aime Powell Cay, je pourrais rester ici pendant des jours !!!

Nous avions prévu de nous rendre à Manjack Cay, la prochaine île au sud, mais c’était vendredi et un front était prévu pour lundi soir.  Aussi nous devions aller à Marsh Harbour et pour ça, il faut sortir en pleine mer par le Whale Cay Channel qui n’est passable que par beau temps. Ce canal est connu pour être dangereux par mauvais temps, et ne l’ayant jamais traversée, nous ne voulions pas tenter la chance. En outre, pratiquement tous les magasins de Green Turtle Cay seraient fermés le dimanche et comme j’avais besoin d’acheter une carte SIM pour mon téléphone, samedi matin, nous sommes partis pour Green Turtle Cay.

Tout comme l’année dernière, nous avons jeté l’ancre juste à côté de Bluff House Resort et Marina ; situé dans une superbe petite baie à côté d’un canal mais un peux mouvementés à cause des sillages des bateaux qui y pénètrent, en fin d’après-midi, les gens rentrent chez eux et la mer se calme. Nous préférons rester à l’écart si le temps le permet et en plus ce mouillage a beaucoup de bateaux ancrés et amarrés. Avec le dinghy, nous nous sommes dirigés vers le quai de New Plymouth, la ville principale de Green Turtle Cay. New Plymouth (comme la plupart des îles des Bahamas) a été fondés par les loyalistes qui avait jurés allégeance au roi d’Angleterre pendant la révolution américaine. Aux côtés des Blancs, Noirs libres et anciens esclaves américains ont suivi, craignant que s’ils restaient aux États-Unis, ils seraient à nouveau réduits en esclavage car l’abolition n’avait pas encore été établie aux États-Unis. Aujourd’hui, beaucoup d’habitants peuvent retrouver leurs racines dans ces premiers colons. Marcher dans les petites rues de New Plymouth c’est comme une histoire à parcourir. L’architecture est un témoignage vivant d’un village de pêcheurs de la Nouvelle-Angleterre, mais peinte dans ces couleurs maintenant bien connues des Bahamas.

Guana Cay était notre prochain arrêt et nous avons jeté l’ancre à Fishers Bay. La promenade jusqu’au bar de Nippers fut rapide et inattendue :  Nous arrivâmes dans beau paradis : une page de sable blanc  immense surplombant l’océan Atlantique avec des récifs tout prêts de la plage et préparés à être exploré! L’eau cristalline était d’une belle couleur turquoise et indigo et je ne peux pas croire que je n’ai pas pris de photo, mais nous avions prévu de revenir le lendemain avec le paddleboard et le matériel de plongée en apnée. Tous les dimanches, Nippers organise un barbecue de sanglier et jeunes et de vieux y sont de la fête, c’était bourres de monde !  Nous avons remarqué que la plupart des clients étaient jeunes et nous avons compris que c’était la semaine d’ecole de relâche et que ils était de jeunes collegiens; il y avait de la musique et les gens dansait et s’amusait. Comme ils avaient l’air insouciants, comme c’est beau! Ils m’ont rappelé mes fils, ma nièce et mes neveux – la prochaine génération. Nous sommes maintenant les grands-parents et autant que je veuille me souvenir de ces années, je n’ai plus 20 ans! Laissez les jeunes s’amuser, c’est leur moment.

En quelque sorte, Gary et moi avons réussi à faire gonfler le paddleboard sur le pont du Maracudja. Je dis cela parce que nous avons failli tomber à la mer à quelques reprises et avons beaucoup ri (cela aurait pu être due aux boissons de Nippers) mais nous avons réussis. Tout d’abord, il a utilisé la pompe à piles pour gonfler le board autant que possible avant d’utiliser la pompe à pagaie. Cependant, il ne pouvait pas se rappeler où il l’avait mis, alors nous avons utilisé la pompe à pied du dinghy et laissez-moi vous dire que ce n’est pas facile, du moins pas pour moi : après 2-3 pompes, je devrais changer de jambe (qui a besoin de séance d’entraînement après cet effort ?) Nous avons pris tour de rôle mais devions nous tenir l’un à l’autre de peur de tomber par-dessus bord. Dieu merci, Gary s’est souvenu où se trouvait la bonne pompe et c’était tellement plus facile, mais je n’ai pas beaucoup de force supérieure (surtout quand je ris si fort), alors Gary avec ses mains sur mes épaules me poussait pour baisser le levier de la pompe (voilà pourquoi mon cou me faisait mal le lendemain).

Quand finalement nous avions finit, il était trop tard pour retourner à la plage. Demain, on a dit, demain. Mais à notre réveil ce lundi matin, le ciel était gris et nous devions nous rendre à Marsh Harbour pour nous mettre à l’abri d’un autre front froid et obtenir la carte Sim que je n’avais toujours pas pu acheter. Marsh Harbour est en forme de U, il y a donc bonne protection de 3 différentes directions et peu de vagues mais une fois arrivés, nous avons presque fait demi-tour ! Il y avait tellement de bateaux, c’était angoissant.  D’une manière ou d’une autre, nous avons réussi à trouver une place entre plusieurs bateaux et le Nova Jornada juste derrière nous.

Après la tempête, nous avons loué une voiture et visité l’île de Great Abaco. Elle est très longue avec de longs espaces inhabités entre les villes. Little Harbour est un tout petit endroit pittoresque avec quelques bateaux et le célèbre Pete’s Pub, (le Coconut Cracked Conch est delicieux) . A voir et à faire ! Il y a aussi une fonderie de bronze et la boutique à visiter, trop cher pour mon portefeuille mais agréable à regarder. Promenez-vous au phare maintenant détruit, c’est un très beau point de vue. Nous nous sommes également promenés jusqu’à Treasure Cay; notre deuxième fois là en 36 ans ; nous y avions passés notre lune de miel. Wow, comme le temps passe vite.

Après 4 nuits à Marsh Harbour, il était temps de continuer notre chemin et nous avons pris la direction de Hope Town, Elbow Cay. Hope Town possède un phare datant de 1864 et est un des derniers phares kérosène au monde, à remontage manuel toutes les deux heures. Le système du 19ème siècle fonctionne sans électricité à ce jour. Vous pouvez gravir les 101 marches qui mènent au sommet et admirer les magnifiques environs. Les garçons ont accepté de louer des vélos plutôt qu’une voiturette de golf (grosse erreur) et nous avons fait le tour de l’île en vélo : la ville de Hope Town, est une charmante ville et garde son ancien charme ; aucune voiture n’est autorisée dans la ville à part le camion des ordures qui est très petit pour pouvoir s’infiltrer dans les rues étroites. Puis nous avons explorer le reste de l’ile mais après la troisième colline, j’ai réalisé que nous avions entrepris plus que nous ne pouvions faire. L’ile fait seulement 3 miles et demie de long, mais il vaut mieux avoir de bonnes jambes pour gravir ses collines. Nous sommes arrivés au bout à Tahiti Beach, un long fond blanc, célèbre pour le kite surf, avons pris un verre au bar flottant et nous nous sommes reposés un peu dans l’eau avant de nous embarquer pour le voyage du retour. Au moment où nous sommes arrivés au magasin de vélo, le préposé nous a dit que nous avons fait 10 miles ! Pas étonnant que mes jambes étaient comme du caoutchouc. Je l’ai senti le lendemain !!!

Dimanche matin, il était temps d’aller de l’avant et de se préparer pour la prochaine étape du voyage : descendre à Lynyard Cay, qui serait notre escale avant la traversée de 50 milles pour l’ile d’Eleuthera.